×
  • Bruncher en famille

AJEM et TROUC ! Une histoire de tolérance entre êtres et religions !

  • AJEM et TROUC ! Une histoire de tolérance entre êtres et religions !

Par Najet GHARIANI –
Autrefois dans notre , les rituels, les croyances, étaient entremêlés ! C’était dû à mon avis à l’esprit de tolérance qui régnait auparavant entre les communautés !
Notre voisine la juive, gouvernante à la Griba, avait deux enfants, une jeune fille auprès d’elle et un jeune homme qui a préféré partir vivre à Paris, il était chez Boukhobza à Tunis, c’était vers les années 70 !
Notre voisine aimait son fils le plus au monde car elle avait d’autres garçons partis tous très jeunes ! Je la voyais souvent, chaque Vendredi, allumer le cierge de son fils défunt et me disait, il était beau mon fils,parti trop tôt malheureusement et le pleurait souvent bien qu’il était décédé depuis fort longtemps !
Un jour de 1971, notre voisine a reçu une lettre de son fils lui indiquant qu’il était hospitalisé ! Elle a paniqué la pauvre ! Elle pleurait, criait, implorait dieu ! Les voisins s’étaient joints à elle ! Parmi eux, des femmes lui avaient dit d’aller visiter le mausolée de Sidi Amor (un marabout connu, le père des keffois comme on dit) et rabi maah ! Elle implora Sidi Amor pour la guérison de son fils et sermentant qu’elle allait le visiter juste à l’entente des bonnes nouvelles émanants de
son fils ????!!!
comment cela se fait-t-il? Une Juive, gouvernante de la synagogue de plus, croyait dans les marabouts arabes !????
Après quelques jours, une lettre annonçant la guérison de son fils lui était parvenue ! Elle appelait les voisines, distribuait les boissons gazeuses ! Des you you se propageaient dans l’air ! La gouvernante juive a tenu parole ! Elle s’était rendue au mausolée de Sidi Amor et le Rabbin lui a égorgé un mouton pour la circonstance !
Assistant à la nouba de sidi Amor, la juive n’a pas pu se retenir et tkhameret ! (je l’avais vu de mes propres yeux et je jure) Et c’était la danse de sidi Amor !!!!!
Une leçon de vie liant les êtres, ni loi, ni roi, ni religion, l’amour de l’autre surtout quand l’espoir renaît….!
Chaque année en mois de septembre, elle perpetuait le rituel pour Sidi Amor !
Un jour sa fille s’était mariée à Tunis avec un Cohen, un juif fanatique qui respectait les rituels de sa religion dans les plus petits détails ! Pendant le mois de septembre suivant son mariage, sa mère lui avait demandé de venir assister à ‘Ezarda »de sidi Amor ! Elle a demandé à son mari de se rendre au Kef pour le rituel du Marabout !!! Hhhhhh, Aie, aie, aie ! Chaalet edenia ! Il lui a répliqué « metourna anti et omek, wela echbik »??? À ce moment là elle commençait à pleurer et se lamenter « YA Sidi Amor atelaa fih, atelaa fih ! »
La nuit tombait, son mari dormait, dans son sommeil un homme grand de taille l’a interpella fortement : je suis Amor El wouli, écoute mon bonhomme, tu devrais laisser partir cette femme sinon ta fin serait désastreuse…. Et il lui lança dans le visage un coq…!!! Cohen s’était réveillé au milieu de la nuit en criant le coq m’a piqué dans la jambe, il montra à sa femme un point rouge qui le faisait mal ! le lendemain il envoya sa femme et ses enfants au Kef, l’après midi direction Sidi Amor !!!!
Le plus têtu des juifs a accepté le compromis !
C’était mon histoire pour vous, AJEM et TROUC ! Une histoire de tolérance entre êtres et religions !

DOSSIERS SPÉCIAUX