×
  • Bruncher en famille

Pourquoi vous devez apprendre à accueillir vos émotions

  • Pourquoi vous devez apprendre à accueillir vos émotions

Depuis notre plus tendre enfance, nous avons souvent été contraint de refouler nos émotions douloureuses.
Il est vrai que pour nombreux d’entre nous, nous n’avions pas le droit d’être triste, pas le droit d’exprimer nos désaccords. Bien souvent, nous n’avions même pas le droit de pleurer lorsque nous nous faisions mal. Combien de fois avons nous pu entendre : « mais non, tu n’as pas mal, t’es un grand. Ce ne sont que les bb qui pleurent »…
Comme si ces adultes étaient dans notre corps pour savoir ce qu’il s’y passait vraiment..
Une émotion se vit en trois étapes :
1: Une situation nous contrarie.
2: Nous sommes sous tension.
3: Nous déchargeons cette tension par les pleurs, la colère, les cris, les paroles ou autres.
…Sauf qu’enfant, bien souvent, nous n’avions pas le droit de décharger. Et alors nous avons refoulé et refoulé encore pour, aujourd’hui, être sous pression comme une cocotte minute. Et à la moindre étincelle, tout explose.
Pourtant, nos émotions sont innées, saines et naturelles. Elles font partie de notre Programme des Origines. Le Programme des Origines de l’Être Humain.
Fuir nos émotions c’est fuir une partie de nous même et inlassablement, alimenter une séparation, une faille. Fuir c’est résister. Résister c’est s’interdire de vivre réellement.
Bien au contraire, aimons aussi cette partie de nous même. Accueillons nos émotions et laissons leurs toute la place qu’elles méritent. Laissons les Être et exister. Laissons les nous traverser pleinement pour nous libérer.
Je crois que les gens n’aiment pas voir le chagrin et que dès qu’il est là, il faut comme vite ramener du bonheur ou de l’espoir pour le rejeter, le fuir. Vite trouver des solutions.
J’ai toujours pensé que c’était un manque de respect à l’émotion triste présente dans l’instant.
Il est essentiel d’apprendre à accueillir nos émotions, apprendre à être triste pour simplement et pleinement accuser le coup dans un premier temps.
Se recevoir et s’aimer dans ce chagrin tout simplement, sans morale, analyse ou quelques autres solutions.
Les chagrins dérangent, mettent mal à l’aise. Ils sont repoussants, font même peur, comme s’ils étaient dangereux.
Aujourd’hui, pour la plupart d’entre nous, nous ne savons pas écouter.
Nous écoutons pour répondre, pour sauver, pour exister.
Cela nous fait egotiquement du bien, au détriment du véritable besoin de l’Autre.
Les chagrins mettent mal à l’aise et il faut comme tout de suite renier ou rebondir pour trouver des solutions.
On parle tous d’accueil sauf qu’on oublie d’accueillir véritablement.
Tout de suite il faut chercher les messages cachés, les enseignements.
Ce n’est pas cela respecter son corps, son Être.
Le chagrin a besoin d’être accueilli, d’être entendu.
Il est important de le laisser être. Il faut le respecter, autant que nous respectons la joie, le bonheur.
Lorsqu’un enfant est triste, il a tout simplement besoin de ressentir et d’exprimer son émotion. Un amour réconfortant et bienveillant l’aidera assurément.
Les morales l’importent peu. Il n’y sera sensible que plus tard.
Émotionnellement, nous sommes toujours cet enfant
Apportons nous cet amour réconfortant et bienveillant par notre propre écoute avant tout.
Lorsque vous sentez qu’une émotion difficile remonte, isolez vous quelques instants et laissez la être, laissez la vous submerger, vous envahir en ne restant attentif qu’à vos perceptions physiques. C’est essentiel.
Laissez la vous traverser, laissez la aller au bout de sa vague. Là est la méthode naturelle de libération émotionnelle de votre corps. Sans ça, refoulée, elle n’aura de cesse de vouloir remonter.
N’oubliez jamais que tout est en Nous et nulle part ailleurs.
Par Marie Chauderon
Psychothérapeute 

DOSSIERS SPÉCIAUX