×

Les maladies cardiovasculaires chez les femmes : un risque sous-estimé et des symptômes méconnus mettent en danger la santé cardiaque féminine.

  • Les maladies cardiovasculaires chez les femmes : un risque sous-estimé et des symptômes méconnus mettent en danger la santé cardiaque féminine.

 

 

Les maladies cardiovasculaires chez les femmes sont en progression, avec des facteurs de risque spécifiques ignorés et des symptômes souvent méconnus, conduisant à une sous-estimation du risque cardiovasculaire. Malgré cela, ces maladies tuent six fois plus de femmes que le cancer du sein.

 

Que ce soit un accident vasculaire cérébral (AVC), une angine de poitrine, un infarctus du myocarde, une insuffisance rénale chronique ou une artériopathie des membres inférieurs, ces affections affectent divers organes, causant la mort de 400 personnes chaque jour en France.

 

Des professionnels de santé ont récemment souligné que 80% de ces décès pourraient être évités en évaluant les risques, en reconnaissant les symptômes et en adoptant des habitudes de vie saines, incluant une alimentation adaptée, une activité physique régulière et l’arrêt du tabac.

 

Lors d’une conférence à l’hôpital Sainte Musse, le Pr Gabrielle Sarlon-Bartoli a mis en lumière le sous-diagnostic des maladies cardiovasculaires chez les femmes, malgré une augmentation du taux d’incidence. L’infarctus du myocarde, notamment, affecte de plus en plus les femmes de 35 à 54 ans, contrairement à la tendance chez les hommes.

 

Les Drs Jean-Noël Poggi et Sophia Bensedrine, médecins vasculaires, soulignent que le risque cardiovasculaire chez les femmes est sous-estimé, avec un dépistage insuffisant des facteurs de risque et une méconnaissance des symptômes souvent atypiques.

 

Autre constat alarmant : les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité chez les femmes, avec 76 000 décès par an, touchant même celles de 45 ans et moins. Malgré cela, les femmes craignent davantage le cancer du sein, bien que les maladies cardiovasculaires soient responsables de six fois plus de décès par jour.

 

Des facteurs de risque spécifiques chez les femmes, tels que les règles précoces, certaines maladies gynécologiques, la contraception œstro-progestative, l’hypertension durant la grossesse, et d’autres, sont souvent négligés. Les femmes ont également tendance à minimiser leurs symptômes, comme le montre une étude OpinionWay de 2022 indiquant que 68% d’entre elles s’occupent de la santé de leur famille avant la leur, et 37% manquent de temps pour consulter un professionnel de santé.

 

 

 

DOSSIERS SPÉCIAUX