×
  • Bruncher en famille

Pourquoi le nouveau variant du coronavirus inquiète-t-il  autant ?

  • Pourquoi le nouveau variant du coronavirus  inquiète-t-il  autant ?

 

 

Nommé « B.1.1.7 » ou « VUI-202012/01 » (pour Variant Under Investigation n° 1 du mois de décembre 2020), a poussé le Royaume-Uni à se reconfiner de manière stricte, bousculant des fêtes de fin d’année déjà chamboulées par la pandémie.

Le consortium Covid-19 Genomics UK (COG-UK), qui s’occupe de la surveillance et du séquençage des mutations du Sars-CoV-2 au Royaume-Uni, a formellement nommé ce variant le 13 décembre. Et le ministre de la Santé britannique, Matthew Hancock, l’a évoqué le 14 décembre. Mais les premiers génomes porteurs des mutations spécifiques à ce lignage de virus (nommé B.1.1.7) ont été identifiés dès le 20 septembre dans le Kent et le 21 septembre dans le Grand Londres

Le virus accumule un peu moins de deux mutations chaque mois, ce qui fait environ 22 depuis son apparition il y a environ un an. Le variant anglais, lui, présente plus de changements que la moyenne avec 17 mutations, non pas par rapport au virus originel, mais par rapport au variant le plus récent », note Etienne Simon-Lorière, responsable du groupe de recherche génomique évolutive des virus à l’ARN à l’Institut Pasteur.

Les deux scientifiques de l’Institut Pasteur parlent de « variant », et non de nouvelle « souche ». « Car c’est toujours le même virus », affirme Olivier Schwartz.

 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a évoqué une contagiosité supérieure de 70%. Elle pourrait, selon lui, augmenter de 0,4 le taux de reproduction du virus qui pourrait rendre l’épidémie très difficile à maîtriser.

 

Concernant le  vaccin, les scientifiques se montrent plutôt optimistes.

« Ce variant ne semble pas plus résistant aux anticorps produits par les personnes infectées, et il est donc très probable que les vaccins disponibles actuellement seront efficaces pour empêcher sa propagation. Le test PCR « reste tout aussi performant pour diagnostiquer ce variant du virus ». L’OMS a toutefois émis des doutes sur « l’efficacité de certaines méthodes de diagnostic », sans davantage de précision.

 

 

DOSSIERS SPÉCIAUX