×
  • Brunch Dominical de Noêl
  • Célébration
  • Un Délectable Repas de Noêl à Emporter
  • First Brunch 2021
  • Play kids

La prise en charge des femmes victimes des violences

  • La prise en charge des femmes victimes des violences

Le fonds des nations unies pour la population en Tunisie (UNFPA) et son partenaire le Ministère de la Femme, de la famille et des personnes âgées ont organisé une conférence ce mercredi 02 décembre, pour présenter le bilan des réalisations du programme d’amélioration de la prise en charge des femmes et des filles victimes des violences, lancé en 2016.

Ce programme conjoint a réunit cinq ministères dont celui de la femme et les départements de la justice, l’intérieur, les affaires sociales, la santé. Il s’inscrit dans le cadre de l’initiative conjointe globale des Nations Unies sur les services essentiels pour les femmes et filles victimes de violences, mise en œuvre dans 10 pays pilotes dont la Tunisie. Ce programme conjoint a été initié par une phase pilote en 2016 et dispose d’un plan d’action pour les années 2017 et 2018 avec un budget total à hauteur de 873.000 USD.

Dans une vidéo-témoignage des bénéficiaires du programme, visualisé dans le cadre de cette conférence, Rym Fayala la représentante assistante de l’UNFPA en Tunisie, a souligné que plusieurs actions ont été menées depuis son lancement en 2016.

En évoquant le bilan de ses actions, Fayala a indiqué qu’il y a eu le développement d’un guide de prise en charge des femmes victimes de violence, le renforcement de capacité d’environs 4000 professionnels de la santé, 167 cadres du ministère des affaires sociales, environ 200 juges, 160 cadres du ministère de l’intérieur, tous les chefs de service du ministère de la femme, ainsi que les écoutantes de la ligne verte, et aussi les prestataires de service de la société civile. D’autre part, plusieurs études ont été réalisées, ainsi que des campagnes de sensibilisation pour le grand public sur la violence faite aux femmes.

« En résumé, je dirais qu’il y avait beaucoup d’acquis dans ce programme, mais le besoin reste encore important « , commente-t-elle.

Concernant l’amélioration de l’infrastructure des unités médicales dédiées à cette cause, elle indiqué qu’il y a eu l’achat des vidéos de surveillance, du matériel audiovisuel, fournitures pour les équipes de viol et des outils de détection et de la préservation des preuves médicolégales. S’y ajoute l’organisation d’une série d’ateliers et séminaires pour améliorer la capacité du personnel médical.

Le bilan de ce programme, a aussi montré que depuis son lancement, il a réussi à réunir plusieurs partenaires pour assurer une riposte cohérente et concertée au phénomène de violence fondée sur le genre et une prise en charge multisectorielle des victimes (5 ministères, 10 agences des nations unies, et plusieurs organisations de la société civile.

Rappelons que 7 organisations de la société civile ont également bénéficié du Programme conjoint de l’UNFPA comme, l’Association Tunisienne des femmes démocrates (ATFD) sections Tunis et Sfax, l’Association Beity, l’Association TAMSS sections Tunis et Kairouan, l’Institut Nebras, l’Association Massarat Nissaia Jendouba, l’Association ADDCI Médenine et l’Association ADGS Gafsa.

Par ailleurs, ce programme a réussi à assurer un engagement politique ferme pour l’amélioration de la prise en charge des femmes et filles victimes de violences au plus haut niveau à travers la signature officielle du Programme conjoint par le Ministre des affaires étrangères et le Résident coordinateur du système des nations unies en Tunisie ainsi que par l’implication directe de 5 ministères dans l’application de ce programme.

DOSSIERS SPÉCIAUX