×
  • Bruncher en famille

L’ONU appelle les gouvernements à ne pas ignorer l’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale

  • L’ONU appelle les gouvernements à ne pas ignorer l’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale

Les Nations Unies appellent les gouvernements à ne pas ignorer l’impact de cette crise sanitaire sur ce domaine de santé actuellement menacé et à corriger sans délai le manque d’investissements longtemps négligé.
La santé mentale est une composante essentielle de la santé. Elle en est une partie intégrante et englobe, comme l’affirme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la promotion du bien-être, la prévention des troubles mentaux, le traitement et la réadaptation des personnes atteintes de ces troubles. Ainsi, « une bonne santé mentale correspondant à un état de bien-être mental et psychologique. », affirme l’organisme. Or, celle-ci peut être mise à rude épreuve au sein de la population du monde entier en raison de l’actuelle pandémie du coronavirus (COVID-19), qui constitue une réalité particulière. Et ce sur le long terme, comme le craint l’ONU et l’OMS dans un récent rapport.
« Le virus de la Covid-19 n’attaque pas seulement notre santé physique, elle augmente également les souffrances psychologiques », indique le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres,
L’OMS précise ainsi qu’une étude, menée auprès de jeunes gens vivant au Royaume-Uni et ayant été soignés pour des troubles de la santé mentale dans le passé, a montré que « 32% d’entre eux ont convenu que la pandémie avait profondément aggravé leur état de santé mentale. » Par ailleurs, l’augmentation du nombre de personnes ayant besoin d’un soutien psychologique a été aggravée par l’interruption des services de santé physique et mentale. Outre la conversion d’établissements de santé mentale en établissements de soins pour les personnes atteintes du COVID-19, les systèmes de soins ont pâti de l’infection par le virus de membres du personnel et de la fermeture des services de consultation.

DOSSIERS SPÉCIAUX