×
  • Bruncher en famille

( Etude) Même adulte.. le bercement améliore   la qualité du sommeil

  • ( Etude) Même adulte.. le bercement améliore   la qualité du sommeil

 
Des chercheurs suisses viennent de  montrer que le bercement lent et répété durant toute la nuit favoriserait la qualité du sommeil et la mémoire chez l’humain adulte ainsi que chez la souris. Les travaux ont été publiés dans « Current Biology  »
« Pendant notre sommeil, nous restons globalement inconscients et peu sensibles aux stimuli externes », expliquent les auteurs dans une des publications. « Pourtant, le traitement sensoriel ne cesse pas pendant le sommeil (et) les stimulations sensorielles peuvent le perturber ou l’améliorer : il suffit de penser au bruit de la circulation qui nous empêche de dormir, alors que le léger balancement d’un hamac peut nous apaiser« . Cette dernière observation a d’ailleurs été confirmée par leurs précédents travaux. Les chercheurs suisses avaient alors montré qu’un balancement continu appliqué pendant une sieste de 45 minutes aidait à l’endormissement, augmentait le temps passé en sommeil profond

Un impact sur l’oreille interne

Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont observé l’activité cérébrale et certaines variables physiologiques (rythme cardiaque, respiratoire, etc.) de 18 volontaires pendant 2 nuits, l’une dans un lit en mouvement, l’autre en position stationnaire.
L’endormissement était plus rapide lorsqu’ils étaient bercés et les phases de sommeil profond plus longues, avec moins de micro-réveils. Et ce n’est pas tout : la mémoire est également impactée, puisque les participants devaient retenir des paires de mots avant de se coucher. Là encore, les résultats étaient meilleurs après la nuit en mouvement (grâce à une meilleure synchronisation de l’activité neuronale des réseaux thalamo-corticaux).
Les mêmes tests menés sur des souris, dont une partie avait vu ses récepteurs de l’oreille interne altérés, ont permis de conclure que le bercement a un véritable impact sur la partie du cerveau en charge de la qualité du sommeil. Les chercheurs souhaitent désormais déterminer quels réseaux neuronaux sont précisément impactés. Cela pourrait ouvrir la voie à de nouvelles façons de traiter les troubles du sommeil
 

DOSSIERS SPÉCIAUX