×
  • Bruncher en famille

Contaminé et relevé de ses fonctions :l’histoire du capitaine de la Navy qui croyait bien faire.

  • Contaminé et relevé de ses fonctions :l’histoire du capitaine de la Navy qui croyait bien faire.

Le capitaine Brett Crozier, relevé de ses fonctions de la Navy pour avoir alerté sur les risques de propagation de Covid-19 à bord d’un porte-avion, a contracté le virus.
sous les encouragements de ses marins scandant son nom, le capitaine a quitté le navire. Brett Crozier, capitaine de la Navy relevé de ses fonctions la semaine dernière pour avoir demandé de l’aide à sa hiérarchie pour endiguer la propagation de l’épidémie de Covid-19 à bord du porte-avion USS Theodore Roosevelt, a lui-même contracté le virus, a révélé dimanche le «New York Times». Dans une lettre adressée lundi dernier à ses supérieurs, le capitaine Crozier s’inquiétait pour la santé de son équipage, parmi lesquels 114 marins avaient été diagnostiqués positifs au Covid-19, alors qu’ils se situaient au large de Guam -vendredi, ils étaient 140 atteints du Covid-19.
Il craignait pour les quelques 5000 personnes à bord et demandait de l’aide à l’armée, à qui il reprochait de n’avoir pas agi pour au moins évacuer les malades et désinfecter le navire. «Nous ne sommes pas en guerre. Des marins n’ont pas besoin de mourir. Si nous n’agissons pas maintenant, nous échouons à prendre soin de notre atout le plus fiable : nos marins», avait-il écrit. Il espérait le débarquement de toutes les personnes à bord, qu’elles soient toutes placées en quarantaine, testées et traitées si elles étaient diagnostiquées positives au Covid-19. «Aucune des couchettes à bord n’est appropriée pour la quarantaine ou l’isolement», martelait-il.
Ce document a été publié dans la presse, ce qui a provoqué la colère des autorités. Thomas Modly, secrétaire chargé de la Navy par intérim, a annoncé la sanction à l’égard du capitaine. Officiellement, ce dernier a été «dépassé» par les cas développés à bord de l’USS Theodore Roosevelt, ce qui aurait affecté «sa capacité à agir professionnellement». «En envoyant ce message assez largement, il n’a pas pris les mesures nécessaires pour que ça ne fuite pas. Et c’est en partie sa faute», a accusé Thomas Modly, dénonçant «l’extrêmement mauvais jugement» du militaire, qui selon lui n’avait pas averti l’amiral à bord avant de demander de l’aide à ses correspondants à l’extérieur. «Il a tiré la sonnette d’alarme inutilement», a résumé Thomas Modly.

DOSSIERS SPÉCIAUX