×
  • Bruncher en famille

Les  maladies inflammatoires chroniques de l'intestin : Ces pathologies encore trop souvent taboues

  • Les  maladies inflammatoires chroniques de l'intestin : Ces pathologies encore trop souvent taboues

 

 

Le 19 mai, est la journée mondiale des MICI, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.

 
Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin concernent 10 millions de personnes dans le monde. Ces pathologies (dont on diagnostique 8000 nouveaux cas chaque année, soit 1 par heure !) se caractérisent par une inflammation du tube digestif : la maladie de Crohn peut s’attaquer à différents segments de la bouche jusqu’à l’anus, tandis que la rectocolite hémorragique (RCH) se concentre surtout au niveau du rectum et du côlon.
À l’heure actuelle, on ne connaît toujours pas les causes de ces maladies lourdement handicapantes au quotidien – douleurs abdominales, diarrhées fréquentes, perte d’appétit, fatigue importante, fièvre… 20 % des diagnostics concernent des enfants (le pic de diagnostic se trouve entre 15 et 35 ans), chez lesquels les MICI peuvent entraîner un ralentissement de la croissance.
De nombreuses études scientifiques sont actuellement en cours, notamment pour élucider le rôle de l’environnement dans le développement des MICI (pollution, additifs alimentaires, hygiène de vie…).
Jusqu’ici incurables, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sont traitées grâce à des médicaments qui agissent sur la progression de la maladie (corticoïdes, immunomodulateurs…) et par chirurgie pour soulager les symptômes (1 patient qui souffre de la maladie de Crohn sur 2 est opéré tous les 10 ans).

Un mode de vie plus sain comme premier traitement

Pour la maladie de Crohn, le sevrage tabagique serait bénéfique dès la première année, avec en particulier des rechutes moins nombreuses, mais également une diminution du recours à la chirurgie ou aux traitements immunosuppresseurs.
Pratiquer une activité physique est également recommandé.
En revanche, aucun régime alimentaire restrictif n’est recommandé, ni pour la maladie de Crohn ni pour la RCH.
Au-delà de la prise en charge médicamenteuse, la chirurgie occupe une large place dans le champ thérapeutique face aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Ainsi, 90% des personnes touchées par la maladie de Crohn seront opérées au moins une fois pour enlever la partie la plus atteinte tube digestif
 

DOSSIERS SPÉCIAUX