×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Nomophobie

  • Nomophobie
  • Femmes-plus-nomophobes-que-les-hommes
  • maxresdefault
  • nomophobia_feature
  • Pages-from-Affinity-Magazine-May-2012HR
  • shutterstock-14-acdc3112747-original

Dur dur d’être sans son portable !

 Par A.B.C
Aujourd’hui, on compte 6 572 950 124 utilisateurs de téléphones mobiles, soit un taux de pénétration de 93%, dans le monde. Le téléphone mobile devient quasiment indispensable pour tous.
Certains souffrent aujourd’hui de ne pas avoir son téléphone portable à portée de main. La peur maladive de se retrouver un jour sans mobile gagne du terrain, on l’appelle nomophobie.
La nomophobie peut se traduire par des attaques de panique, une respiration qui deviendrait courte, des nausées, des tremblements ou un rythme cardiaque accéléré. Elle peut être également auto-diagnostiquée si vous constatez que vous vérifiez sans cesse où se trouve votre téléphone ou que vous êtes angoissé en permanence à l’idée de l’égarer. Dans certains pays la nomophobie commence même à se soigner au sein de centres spécialisés et touchent particulièrement les jeunes.
Handysucht_blog
L’une des rares études menées sur le sujet remonte à 2012 et démontre que les deux-tiers des Anglais se disent angoissés à l’idée de perdre leur téléphone. En France, une unité à Lyon est même spécialisée dans cette pathologie, le Centre de traitement du stress et de l’anxiété.
Des Journées mondiales sans téléphone portable
Les 6, 7 et 8 février sont décrétés Journées mondiales sans téléphone portable, l’initiative citoyenne a été lancée le 6 février 2001 par l’écrivain français Phil Marso. Depuis 2004, cette initiative se déroule sur trois jours : 6, 7 et 8 février.
nomophobia-smartphone-addiction
Le principe de la journée mondiale sans téléphone portable est de provoquer un débat de réflexion autour de cet outil de communication à travers les médias. Phil Marso n’a jamais été anti-portable, même si en 2001, il n’en possédait pas.
Depuis la 4ème édition (2004), Phil Marso a souhaité prolonger le débat de réflexion sur deux jours supplémentaires : 7, 8 février. Ceci pour favoriser les reportages autour du téléphone portable. Pour ou contre ? L’essentiel, c’est que l’on en cause ! Les deux jours suivants proposent aux usagers de modérer leur blabla dans les lieux publics, par des messages SMS, plus discret. L’objectif est d’éviter à l’avenir des interdictions radicales comme pour lutter contre le Tabagisme. C’est-à-dire réserver des zones silencieuses et des zones pour utiliser son GSM.
Les 15e journées mondiales sans téléphone portable & smartphone qui se dérouleront les 6-7-8 février 2015 auront pour thème « Mauvaises ondes pour la planète ? ».
Cette 15ème édition propose cinq débats de réflexion :
40 éléments de métaux lourds et des polluants organiques composent un Smartphone. Ces substances entraînent une course folle à l’extraction qui engendre des dégradations de l’environnement et des guerres (République du Congo).
*Les employés des usines de production sont exposés aux poisons au moment de leur fabrication.
*Nombreux enfants sont exploités pour le compte de multinationales peu scrupuleuses.
*La fin de vie des Smartphones se concluant à la poubelle les conséquences sur les nappes phréatiques, l’air et les sols sont catastrophiques.
  *L’expansion et la concentration des ondes électromagnétiques venant des Smartphones ont-elles une incidence sur le climat ?

DOSSIERS SPÉCIAUX