×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Le phénomène de la déscolarisation des filles dans les zones rurales tunisiennes

  • Le phénomène de la déscolarisation des filles dans les zones rurales tunisiennes

Le phénomène de la déscolarisation des filles dans les zones rurales tunisiennes

 Par Hajer Zarrouk
La réunion multisectorielle contre l’abandon scolaire des filles dans les zones rurales s’est tenue, le mercredi 10 Septembre 2014, au siège du Secrétariat d’État de la femme et de la famille. La réunion a compris les structures gouvernementales directement impliquées dans ce problème et les composantes de la société civile et a tenu à favoriser la coopération avec le secteur privé et les pouvoirs locaux à l’intérieur du pays.
Les objectifs de ce comité résident dans le traitement global et adéquat du problème de l’abandon scolaire dans les zones rurales et dans la recherche des solutions appropriées pour réduire ce phénomène qui touche spécialement les filles dans les zones rurales.
Lors de la réunion, Mme Neila Chaâbane, Secrétaire d’État de la femme et de la famille, a insisté sur la nécessité de travailler ensemble et d’unir les efforts des autorités publiques et de la société civile selon une approche participative afin de réduire le phénomène de l’abandon de l’école et ses répercussions négatives sur la jeune fille, sur la famille et sur la société dans son ensemble.
Des statistiques ont également été données par Mme Jaziya Hammami, directrice de la protection de la femme, sur l’ampleur du phénomène dans la mesure où, en 2012, 100.000 jeunes hommes et femmes ont interrompu l’école, la plupart venant des zones reculées ou mal desservies. L’enseignement de base est, de plus, le secteur le plus touché et où ont été enregistrés les taux les plus élevés d’abandon scolaire : 10,4% dont 14,4% au niveau de la septième année de l’enseignement de base et 16,6% durant la première année de l’enseignement secondaire.
Une étude, réalisée par le Secrétariat d’État de la femme et de la famille, sur la situation des femmes dans les zones rurales et l’étendue de leur accès aux services dans 11 Etats, a montré que l’abandon des études secondaires inclut 86,4% des femmes et des hommes, ce qui explique l’analphabétisme de 32 % des femmes interrogées.
Dans un autre contexte, la secrétaire d’Etat a proposé une méthodologie pour résoudre le phénomène de l’abandon scolaire féminin dans les zones rurales : celle d’envoyer ce nouveau comité multisectoriel, d’identifier les zones pilotes d’intervention, de cerner les obstacles qui entravent le chemin de l’école pour les filles, de développer et mettre en œuvre des programmes susceptibles de réaliser l’égalité des chances et qui permettront aux filles de poursuivre leurs études dans de bonnes conditions, puis de développer l’expérience dans d’autres zones en cas de succès.
La réunion a été, par ailleurs, l’occasion de visualiser un documentaire préparé par l’Association « Citoyens » de Gafsa dans lequel ont été reportés des témoignages des filles des Etats de Jendouba, de Gafsa et de Kasserine qui ont abandonné leurs études à cause des conditions sociales et financières difficiles.

DOSSIERS SPÉCIAUX