×

« Heureusement que j’ai eu un cancer ! »

  • « Heureusement que j’ai eu un cancer ! »

Madame Raoudha Zarrouk est la présidente et la fondatrice de l’AMC (l’association des malades du cancer), qui depuis quelques années est connue pour son acharnement à se battre pour et aux côtés des malades du cancer. Avant de fonder l’AMC, qui se situe juste à côté de l’institut Salah Azaiez et qui accueille les malades du cancer, pour les loger, les nourrir, suivre leurs cas, etc…madame Zarrouk était secrétaire générale d’une autre association fondée avec d’autres médecins, mais parce qu’elle est généreuse et elle voulait toujours donner plus, et c’est de là qu’est née l’AMC !

Mais comment en est-elle venue là ? Elle nous raconte : « J’ai senti le ciel me tomber sur la tête, j’ai appris que j’étais atteinte d’un cancer du sein, je me suis effondrée, C’est un choc qu’on ne s’y attend jamais et on croit toujours que ça n’arrive qu’aux autres. J’ai dû dés lors subir trois opérations de suite et je tenais à la vie ! Je ne pleurais pas, la seule chose que je faisais à la veille de chaque intervention chirurgicale, c’était d’aller chez l’esthéticienne me faire belle.
Le jour J, je rentrais au bloc opératoire avec mon maquillage et je demandais au médecin et à l’équipe qui l’assistait de faire en sorte que je puisse ressortir de là avec mon rouge à lèvres, c’était simple, je voulais juste qu’ils comprennent que je voudrais m’en sortir vivante ! Après mon ablation du sein, on m’a annoncé que je devais avoir des séances de chimiothérapie, chose que j’ai refusé catégoriquement.
Les jours suivants, mes proches et amis venaient pleurer à mon chevet et c’était moi qui les consolais. Un jour, je me suis dis qu’il fallait que tout ça s’arrête, je me suis levée, j’ai fais la prière et je me suis abandonnée entre les mains de dieu et j’ai accepté de faire la chimio! Pour mes six cures, je rassemblais tout ce beau monde qui me pleurait et je faisais de ce moment une fête, on rigolait, on chantait et malgré la douleur j’étais contente et eux aussi !
Et depuis, j’ai commencé à aller à la rencontre d’autres malades, je voulais qu’on se supporte, qu’on se batte ensemble. Au début, les gens étaient étonnés mais peu à peu on devenait des amis. Après avoir été secrétaire générale d’une autre association, j’ai fondé l’AMC qui est devenue le foyer des malades, plutôt leur maison. Ils sont suivis, encadrés, logés, nourris et surtout heureux ! Chez nous, on n’a pas droit aux larmes, il y’a beaucoup d’amour et de convivialité et les gens qui viennent nous voir ne sentent pas l’odeur de la maladie mais la chaleur qui règne au sein de notre maison. Je me bats chaque jour pour eux et avec eux et heureusement que j’ai eu mon cancer, grâce à ça, je profite de chaque seconde, je connais l’importance des petits bonheurs que je vis. La vie est un combat permanent, chaque moment de bonheur est important ! Je me bats et je serais à la hauteur ! » Qui peut rester indifférent ? Nous qui des fois nous plaignons d’une simple grippe, on ne peut qu’admirer la force et la générosité de cette femme qui a su faire du cancer une raison de vivre !
Merci d’être ce que vous êtes madame Zarrouk !
Par Jihène Sayari

DOSSIERS SPÉCIAUX