×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Wa Idha Assaytom.. Et si vous désobéissez: Une désobéissance au carcan imposé à la femme dans l'imaginaire collectif!

  • Wa Idha Assaytom.. Et si vous désobéissez: Une désobéissance au carcan imposé à la femme dans l'imaginaire collectif!

Wa Idha Assaytom, est à la base un Hadith qui a bien une suite: Fa Istatirou (Et si vous désobéissez, dissimilez-vous!). Rochdi Belgasmi, le jeune chorégraphe de 28 ans a choisi d’accoupler ce Hadith à l’image véhiculée de la femme arabe et la femme tunisienne spécialement, l’incitant à sortir du carcan imposé par la société la laissant dissimuler sa beauté, ses dons, ses envies considérés comme des péchés. Cette image réductrice que porte l’imaginaire collectif à l’égard de la femme. Pour cela, Rochdi Belgasmi a joué une pièce intitulée « Wa Idha Assaytom » afin d’exprimer, à sa façon, ce phénomène.
La pièce a été jouée lors de la soirée du dimanche 18 octobre dans le cadre des Journées Théâtrales de Carthage (JTC). Les guichets fermés bien avant le début du spectacle, les spectateurs étaient sur leurs faims pour découvrir ce produit et ce danseur qui ne cesse de faire polémique soit avec sa façon de danser ou bien des sujets qu’il traite.
Avec une belle voix off d’une femme et un « Kholkhal » à sa cheville, Rochdi revit ses moments d’enfance à travers ce que porte son inconscient pour parler de sa mère. Le profil classique d’une mère, ou d’une femme enfermée dans les jugements et le regard masculin de la société. Le toit de la maison, étant le seul endroit prohibé à son fils car il représentait le seul lieu où la mère pouvait exercer sa liberté, Rochdi l’enfant, essayait toujours de découvrir ce monde intime de sa mère où elle dansait, chantait, draguait les passagers… et de lui transmettre, que lui aussi, l’enfant qu’il était, cherchait à être libre.
A travers les draps étalés sur les cordes à linges, Rochdi exprime le rideau qui sépare la femme des regards suspects. Il les ramasse après et fait avec des tableaux de danse populaire avec des gestes qui faisaient allusion à la liberté et l’émancipation.
 
 
Chorégraphie : Rochdi Belgasmi
Texte: Khadija Baccouche
Avec une participation d’honneur en Voix off de: Sabah Bouzouita Scénographie et Images: Med Amin Chouikh
Lumière: Riadh Touti
Son: David Berlou
Assistant: Med Ali Blaiech
Conseiller artistique: Adnen Jdey
Attachée de Presse: Zouhour Harbaoui
 
Par Nawel Bizid

DOSSIERS SPÉCIAUX