×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

La chaîne hôtelière espagnole RIU quitte la Tunisie

  • La chaîne hôtelière espagnole RIU quitte la Tunisie

 
Un départ en guise de troisième attentat à l’encontre du tourisme
Femmes Maghrébines
 La chaîne hôtelière espagnole RIU, installée en Tunisie depuis 1999, a rendu officielle sa décision de quitter la Tunisie au cours de ce jeudi 18 septembre 2015.
A la fin du mois de juin, et plus précisément le 26 du mois en question, un attentat terroriste a visé l’hôtel Impérial situé à la zone touristique Kantaoui de la ville de Sousse et a engendré la mort d’une quarantaine de touristes. L’hôtel en question fait justement partie de la chaîne espagnole. Quelques mois avant cet incident, un autre attentat terroriste a visé le musée du Bardo et a causé la mort d’une vingtaine de personnes. Mais, et malgré ces données, la chaîne hôtelière a insisté, dans son communiqué, sur le fait que ce n’est pas ces attentats qui ont causé son départ mais l’image négative de la Tunisie causerait des dégâts à la notoriété de la chaîne.
La fin de ce mois connaîtra donc le départ définitif de la chaîne RIU tandis que neuf hôtels, portant l’enseigne (à Mahdia, Djerba, Port El Kantaoui et Yasmine Hammamet), continueront à travailler jusqu’à la fin de cette année et ce pour des raisons commerciales.
Loin de nous l’idée de remettre en question le communiqué officiel de la chaîne RIU, nous nous permettons tout-de-même de nous interroger quant aux réelles raisons de son départ. En effet, et cela n’est un secret pour personne, le tourisme en Tunisie devra attendre des années pour se remettre sur pieds. Cependant, l’image négative que donne la Tunisie à la chaîne peut ne pas être provoquée que par l’expansion du terrorisme : tant d’autres facteurs entrent en jeu ici. A titre d’exemple, nous pouvons citer le problème des déchets – on a même vu une touriste se prendre en photo à côté d’une montagne de déchets jetés dans la rue d’une ville touristique – ou encore les problèmes que vit l’aéroport Tunis-Carthage, le premier lieu vitrine que visite un touriste qui vient en Tunisie.
Ces conditions, additionnées au terrorisme, ne peuvent que résulter de pareils départs. Le départ de la chaîne RIU pourrait être fatal à notre tourisme et notre économie nationale.
A l’heure où nous écrivons ces lignes, les autorités concernées – en l’occurrence le ministère du Tourisme – n’a pas encore réagi au communiqué de la chaîne RIU. En attendant, dans les jours à venir, la tenue d’un Conseil ministériel extraordinaire pour essayer de sauver ce qui reste à sauver du tourisme tunisien…
 
Ghalia Ben Brahim
 
 

DOSSIERS SPÉCIAUX