×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

L’égalité totale entre les hommes et les femmes : Une revendication fondamentale

  • L’égalité totale entre les hommes et les femmes : Une revendication fondamentale

Femmes maghrébines 
Le chef du gouvernement, Habib Essid, a procédé à un mouvement des gouverneurs le 22 août 2015. Pas de surprise, on constate l’absence de « gouverneures ». rappelons que Saloua Mohsni Labiadh a été gouverneur de Zaghouan de 2004 à 2008. Elle reste pour l’instant la seule femme à avoir assurer cette position.
On vient de célébrer la fête des femmes. En faite, La Tunisie fête deux journées dédiées aux femmes : la Journée internationale de la femme (8 mars) et le 13 août, « Journée nationale de la Femme », date-anniversaire de la promulgation du CSP, ces journées accompagnées des beaux discours flatteurs, des réformes, signature des conventions, mais comme le dit Ovide « Si les discours flattent les femmes, les actions seules ont le pouvoir de les convaincre. »
La participation de la femme à la vie politique nationale et locale ainsi qu’à la prise de décision en Tunisie demeure en deçà de ses ambitions et ne reflète pas assez son engagement et son implication dans la lutte pour l’indépendance et la participation dans le développement socioéconomique. La participation de la femme au processus de prise de décision est très faible, vu la persistance des stéréotypes socioculturels et des concepts patriarcaux véhiculés en outre par les médias.
Les femmes Tunisiennes demandent de donner les mêmes chances aux femmes et aux hommes et assurer que seule la compétence prévaut. La Tunisie ne manque pas de compétences féminines capables de gérer le pays. Par ailleurs, l’article 46 de la nouvelle constituante, consacré spécifiquement aux droits des femmes, engage l’État à protéger leurs droits acquis, à les soutenir et à les améliorer, à garantir l’accès des hommes et des femmes aux différentes responsabilités et, ce dans tous les domaines et à instaurer un principe de parité.
Le chômage féminin à 21 ,9% Elles travaillent dans tous les corps de métier, dont l’armée, l’aviation civile ou militaire et la police. Néanmoins, le chômage touche davantage les femmes que les hommes d’après le rapport de l’Union européenne, publié à l’occasion de la fête nationale de la Femme en Tunisie, en 2014. D’après son bilan, le chômage est plus élevé chez les femmes que chez les hommes (21,9 % contre 12,8%). Il touche deux fois plus de diplômés du supérieur femmes (41,9%) que de diplômés hommes (21,7%).
Quant aux postes de prise de décision dans le secteur privé, seulement 6,5 % de la totalité des chefs d’entreprises sont des femmes et et que sur les 30 grandes entreprises tunisiennes, seules 4 comptent des femmes au sein de leur conseil d’administration.
Au sein du gouvernement, il existe huit femmes seulement, et le taux de la participation de la femme à la prise de décisions politiques reste en dessous des attentes. D’après Samira Maraï, ministre de la femme et de la famille, la présence de la femme dans les postes de décision au sein des partis politiques demeure faible, ne dépassant pas les 10 %. Ceci montre le fossé qui existe entre une législation globalement favorable aux droits des femmes, et qui est considérée comme la plus avancée du monde arabe, et une réalité en décalage de ces droits. Nous sommes bien loin de la parité.
Par Sarra Benzarti 

DOSSIERS SPÉCIAUX