×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Into the sea…Les Iraniennes à l’assaut des vagues !

  • Into the sea…Les Iraniennes à l’assaut des vagues !
  • Press-image_Ramin-surf-lesson
  • video-undefined-254C087100000578-476_636x360
  • Extrait du documentaire

Into the sea…Les Iraniennes à l’assaut des vagues !

Samantha Ben-Rehouma 
Est-il possible pour une femme de surfer au pays des ayatollahs?
Pour répondre à cette question, il faut remonter en 2010 lorsque Marion Poizeau, jeune réalisatrice, et Easkey Britton, célèbre surfeuse, se rendent en Iran à la recherche de nouvelles aventures et d’exploration de surf. Comment surfer et filmer, un pays géopolitiquement mal perçu par l’Occident? Easkey Britton, hijab en élasthanne sur la tête et combinaison intégrale sur le corps, se lance et devient alors la première femme à surfer sur les vagues du golfe d’Oman, au Baloutchistan, la région située au sud-est de l’Iran, à la frontière avec le Pakistan. C’est aussi la seule région (la plus pauvre et la plus éloignée en Iran) qui offre aucun potentiel pour le surf, une zone considérée comme l’une des plus dangereuse au monde. Marion filme et réalise une vidéo « Easkey surfe en Iran » qu’elle met sur le Net (repris par la BBC et Courrier International).
into-the-sea-surf
De retour dans leurs pays successifs, les deux aventurières constatent le buzz suscité par la vidéo, tant et si bien qu’en septembre 2013, les deux amies repartent. Mission : convertir au surf Iraniens et Iraniennes. Sur place, Mona Seraji, snowboardeuse professionnelle, et ShalhaYasini, plongeuse les rejoignent. Liées par la passion du sport, les trois femmes vont surfer, suivies par d’autres Iraniennes sur les vagues. Bientôt, elles créent le tout premier club de surf iranien qui « vit » grâce aux dons faits à Waves of Freedom.
« Into the sea » c’est avant tout cette expérience filmée par Marion pour, comme elle le précise, « partager une passion et faire passer un message à travers des femmes qui vont au-delà des barrières culturelles et des préjugés. Il ne s’agit pas de dénoncer la condition des femmes en Iran, mais de montrer comment le sport peut être un outil d’émancipation et favoriser les changements sociaux. »
Après « Surfin’USA » des Beach Boys voici « Surfin’Iran » !

DOSSIERS SPÉCIAUX