×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Nouveau film de Nawfel Saheb-Etabaa

  • Nouveau film de Nawfel Saheb-Etabaa
  • z1

El Ziara: les douloureux mystères de la médina

Par Rym El Khalil
El Ziara (Lune Noire), le nouveau film de l’auteur réalisateur Nawfel Saheb-Ettabaa, sortira en salles le 9 février. Un long métrage audacieux et plein de suspense qui tient le spectateur en haleine du début à la fin, durant 106 minutes. Scène après scène, mille et une questions se bousculent et il faudra attendre les dernières minutes du film pour y apporter une réponse.
Un drame psychologique qui entraine le spectateur dans un tourbillon de suspense et de mystère, qui dérange, qui met mal à l’aise, qui éreinte, qui aiguise la curiosité mais qui finalement passionne et captive. Il sera projeté dans les salles de cinéma du grand Tunis à savoir Cinéma ABC (Tunis), CinéMadart (Carthage), Amilcar (El Manar), Al Hambra (La Marsa) et à L’Agora (La Marsa).

Le poids du passé

C’est l’histoire de Youssef, superbement interprété à l’écran par Ghazi Zaghbani, chauffeur de taxi célibataire et sans famille. En conduisant un client à la médina, il se retrouve par hasard au beau milieu d’une cérémonie de Stambéli, un genre de musique sacrée originaire de Tunisie qui renoue avec les origines africaines. Entrainé par la foule, Youssef entre en transe et se trouve pour quelques secondes projeté dans son passé. Depuis ce jour, il sera tourmenté par des visions et des apparitions, hanté par les démons du passé. Partiellement amnésique, Youssef retrouvera au fur et à mesure des bribes de son passé, au détour d’une ruelle de la médina, dans ses rêves ou encore lorsqu’il découvrira une ancienne photo de lui enfant avec son père. Le cliché, en noir et blanc, les montre tous deux devant une maison de la médina, « Dar Ennour ». Tout au long du film, le jeune homme sera obsédé par cette fascinante maison, laissée à l’abandon depuis longtemps et qu’on dit hantée. Il ne le sait pas encore mais c’est dans cette bâtisse qu’il retrouvera les clés de sa mémoire. Insoutenable, la délivrance se fera dans la douleur et les larmes. Pour avoir fouillé dans son passé, remué de vieux souvenirs et replongé le couteau dans des plaies encore béantes, Youssef paiera le prix fort et sortira meurtri de cette expérience.

Sacré Stambéli

El Ziara a pour décor le centre-ville de Tunis mais aussi la médina. Loin des clichés idylliques des cartes postales, on découvre ici les ruelles énigmatiques et les maisons abandonnées de cet endroit mythique. Dans ce long métrage, la beauté des bâtisses n’a d’égal que leur mystère. Une facette méconnue de la médina qui intrigue et fascine. El Ziara est aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir le stambéli, si cher au coeur de Nawfel Saheb-Ettabaa, qui a d’ailleurs réalisé un film en 1999 intitulé « Stambéli ». Ce mot désigne aussi bien un rite de possession musico-thérapeutique afro-maghrébin que la musique elle même. Nombreux sont ceux qui sont rapidement entraînés par le rythme des « chkachek » et du gombri lorsqu’ils assistent à une cérémonie de stambéli et les scènes de transe individuelles ou collectives sont tout simplement impressionnantes. Dans le film El Ziara, c’est Am Saad, très justement interprété par Slah Mosbeh, qui initie Youssef à ce rite et l’encourage à assister à des séances d’exorcisme chez lui.

Hommage aux défunts

EL Ziara est aussi le dernier film joué par l’acteur Ali Dziri. Le jeune Omar Jaziri, fils de Fadhel Jaziri, ravi à la fleur de l’âge, y a aussi participé comme assistant de son. Lors de la séance de projection réserv.e aux journalistes, le réalisateur Nawfel Saheb-Etabaa a tenu à rendre hommage à ces deux artistes ainsi qu’à deux autres personnes ayant participé à l’élaboration du film, tous partis trop tôt selon lui et pour qui il pense à chaque projection du film.
Acteurs:
Ghazi Zaghbani
Réalisateur : Nawfel Saheb-Ettabaa
Scénaristes: Nawfel Saheb-Etabaa et Tarek Ben Chaâbane
Acteurs:
– Ghazi Zaghbani
– Nadia Ouali
– Slah Mosbeh
– Slah Msadak
– Manel Abdelkaoui
– Lotfi Dziri

DOSSIERS SPÉCIAUX