×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Polémique sur les résultats préliminaires : les médias sont libres

  • Polémique sur les résultats préliminaires : les médias sont libres

 

Polémique sur les résultats préliminaires : les médias sont libres

Par Hajer Zarrouk

Depuis hier, des voix se sont levées contre certains médias qui se sont mis à transmettre, en directe, les résultats préliminaires des législatives tunisiennes. Ces voix appartenaient à plusieurs courants et dénonçaient « une propagande » orchestrée par un institut de sondage occulte en collaboration avec quelques chaînes audiovisuelles.
Le vieil argument de la « conspiration » est ainsi avancé dans une tentative de créer la polémique et de pousser les acteurs de l’espace public à sanctionner ces médias insolents, « eêlem al âar ».
Pourtant, dans les pays à ancienneté démocratique, les médias diffusent souvent des résultats hypothétiques et en avance afin de faire participer l’opinion publique dans « la mise en scène électorale » et de la faire plonger dans une atmosphère de suspens. Aussi, la transmission des résultats préliminaires à travers nos médias nationaux n’est qu’un indicateur de la bonne santé de la liberté d’expression en Tunisie.
Ces voix qui appellent, jusqu’à aujourd’hui, la HAICA à sanctionner certaines chaînes radio et cathodiques pour avoir fait de la « propagande » (propagande pour qui ? on se le demande puisque les jeux sont déjà faits) ne sont que le reflet symptomatique d’une partie de la société tunisienne qui s’auto-définit comme « progressiste » et « démocrate», mais qui est, en réalité, à des années lumières des vrais principes démocratiques.
Je dédie cet article à tous les spécialistes des médias qui ont contribué à la couverture et à la médiatisation de cet événement exceptionnel qui marquera l’histoire de le la Tunisie, voire l’histoire du monde arabe et je termine l’article avec cette citation de Nelson Mandela, vétéran de la liberté et de l’humanisme (dans sa version moderne) : «Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité ».

DOSSIERS SPÉCIAUX