×
  • Bruncher en famille

Etude : Des « barrières invisibles » entravent tous les aspects de la vie des femmes

  • Etude : Des « barrières invisibles » entravent tous les aspects de la vie des femmes

Une nouvelle analyse suggère que des « barrières invisibles » entravent tous les aspects de la vie des femmes – notamment au foyer – et qu’elles sont construites autour de préjugés généralisés envers les femmes, partagés dans le monde entier par les femmes tout autant que les hommes.
Telles sont les conclusions du nouvel Indice des normes sociales relatif à l’égalité des sexes (en anglais) publié aujourd’hui par le PNUD. Basé sur des données provenant de 75 pays et couvrant plus de 80 % de la population mondiale, cet indice mesure la manière dont les opinions de la société portent atteinte à l’égalité des sexes dans des domaines tels que la politique, le travail et l’éducation.
Cette nouvelle analyse révèle que, malgré des décennies de progrès pour combler l’écart entre les hommes et les femmes en matière d’égalité, près de 90 % des hommes et des femmes nourrissent au moins un préjugé envers les femmes. Ces données fournissent de nouveaux indices sur les barrières invisibles auxquelles les femmes sont confrontées, et suggèrent que de nouvelles approches pour dépasser ces obstacles sont nécessaires.
Ainsi, environ la moitié des hommes et des femmes dans le monde estiment que les hommes font de meilleurs dirigeants politiques. Plus de 40 % pensent que les hommes sont de meilleurs dirigeants d’entreprises et que les hommes devraient être prioritaires lorsque les emplois sont rares. Enfin, 28 % pensent qu’il est normal qu’un homme batte sa femme.
Dans une trentaine de pays, les informations disponibles sur l’évolution des préjugés indiquent que si des améliorations ont été enregistrées dans certains pays, dans d’autres les attitudes semblent s’être détériorées ces dernières années, signalant que les progrès réalisés ne vont pas de soi.
« Au cours des dernières décennies, nos avancées visant à garantir que les femmes aient le même accès aux besoins essentiels de la vie que les hommes sont notables. Nous avons atteint la parité dans la scolarisation primaire et réduit la mortalité maternelle de 45 % depuis 1990. Mais les inégalités entre les sexes sont encore trop évidentes dans d’autres domaines, en particulier dans ceux qui mettent en jeu des relations de pouvoir et qui ont une incidence importante sur égalité entre les hommes et les femmes.
Aujourd’hui, la lutte pour l’égalité des sexes passe par l’élimination des préjugés. » a déclaré Pedro Conceição, chef du Bureau du rapport sur le développement humain du PNUD.

DOSSIERS SPÉCIAUX