×
  • Bruncher en famille

Le parfum de Cléopâtre reconstitué à partir de résidus trouvés dans de vieilles bouteilles

  • Le  parfum de Cléopâtre  reconstitué à partir de résidus trouvés dans de vieilles bouteilles

Cléopâtre, dernière reine de la dynastie macédonienne d’Égypte, était connue pour son amour des parfums enivrants. La légende raconte que pour séduire l’empereur Marc Antoine en l’an 41 avant J.-C, elle aurait enduit les voiles violettes de son bateau avec un parfum si puissant qu’on pouvait le sentir depuis la côte.
Deux archéologues ont fabriqué un parfum à partir de résidus trouvés dans les amphores d’une ancienne parfumerie. Une fragrance forte, épicée et musquée, à la texture beaucoup plus épaisse et persistante que celle de nos parfums actuels.
En 2012, Robert Littman et ses collègues mettent au jour une ancienne fabrique de parfums datant du IIIe siècle avant J.-C. où sont stockées des amphores et des bouteilles de verre contenant des résidus secs.
Résidus complètement inodores mais qui permettent aux chercheurs d’établir une liste d’ingrédients ayant servi à la fabrication des parfums. Ils confient alors leur liste à deux spécialistes allemands de l’Égypte ancienne, Dora Goldsmith et Sean Coughlin, afin qu’ils recréent les senteurs selon les méthodes traditionnelles décrites dans des textes grecs anciens.
Comme le Mendesian et le Metopian, ce parfum contient de la myrrhe, mais aussi de la cardamome, de la cannelle et de l’huile d’olive. Sa consistance huileuse et collante, est beaucoup plus épaisse que celle de nos parfums actuels. S’évaporant moins vite, son odeur épicée et musquée persiste bien plus longtemps sur la peau.

DOSSIERS SPÉCIAUX