×
  • Bruncher en famille

Reconnaître un passif-agressif : un doux tyran et manipulateur

  • Reconnaître un passif-agressif : un doux tyran et manipulateur

Oublier les rendez-vous, remettre à plus tard les tâches confiées, se mettre à bouder… Autant de réactions qui peuvent mettre à mal la patience de certains ! Mais alors que faire face à cette personnalité ? On vous dit tout.
Le passif-agressif est considéré comme un trouble de la personnalité, qui fait par ailleurs, de plus en plus parler de lui, juste après le pervers narcissique 

Il s’agit d’un comportement que l’on adopte souvent inconsciemment pour éviter la confrontation. Le passif-agressif résiste généralement aux exigences des autres, que ce soit au travail ou avec ses amis. Il critique les figures d’autorité, discute les ordres, ne tolère pas d’être commandé. Mais cette résistance est passive et s’effectue de manière détournée, en faisant traîner les choses, en sabotant, en oubliant, en se plaignant d’être incompris. Il ergote sur des détails, insiste sur les problèmes à venir, s’enferme dans une attitude négativiste.
Si vous le contrariez, sans rien vous expliquer, il se met à bouder et s’enferme dans le silence. Il peut vous « priver » de relations sexuelles en prétextant n’importe quoi. Ses croyances sont « qu’il mérite mieux que ce qu’il a », « que les autres veulent toujours le dominer ». Il a comme règle de ne jamais se laisser faire, et de résister de manière indirecte car « il risque trop à dire ce qu’il pense ». Une de ses devises est: « Si on ne me demande pas quelque chose gentiment, je m’arrange pour ne pas le faire », une autre: « Plus on me presse, plus je vais lentement ».
Cette attitude passive-agressive vient parfois du fait d’avoir eu un père trop autoritaire auquel il ne pouvait s’opposer par peur de ses réactions violentes. Par la suite, dans la vie adulte, toute figure d’autorité lui rappelle son père, et il va s’y opposer sournoisement, exprimer son agressivité de manière passive, afin de ne prendre aucun risque.

Le passif-agressif craint la réaction négative de l’autre

C’est une forme de communication qui n’est pas très saine. Le passif-agressif craint la réaction négative de l’autre personne et préfère acquiescer à toute demande qui lui est adressée, même si elle ne lui semble pas raisonnable. Il préfère éviter la confrontation et passer ainsi pour le « bon gars », plutôt que de s’attaquer directement au problème.

Il est souvent convaincu qu’une relation doit être libre de tout conflit. Toutefois, les conséquences d’un tel comportement sont souvent néfastes, les gains immédiats se traduisant rapidement par des problèmes à long terme.
Ce type de comportement se voit fréquemment chez les enfants, qui apprennent à dire « oui » pour plaire à leurs parents et ainsi ne pas se faire disputer. Dans bien des cas, ils ont ensuite recours à divers stratagèmes, tous plus créatifs les uns que les autres, pour se défiler d’une obligation ou d’une responsabilité. Les milieux scolaires et professionnels n’y échappent pas : par exemple, un élève qui ne partage pas l’avis de son professeur ou un employé qui en veut contre son patron, peut être porté à exprimer son désaccord de manière « passive » en cumulant les absences et les retards.
Les problèmes réels ne sont jamais abordés et la personne agissant ainsi n’est pas forcément consciente qu’il s’agit d’un jeu malsain. Pour éviter l’agressivité passive, il faut bien se connaître. On ignore souvent qu’on se comporte de manière passive-agressive, et on est souvent porté à jouer la victime et ne pas reconnaître sa part de responsabilité. En plus de cette prise de conscience, il faut apprendre à maîtriser ses émotions, et à exprimer ses sentiments de manière claire, respectueuse et, bien entendu, non violente. Il est certain que le jeu en vaut la chandelle : c’est un problème dont on n’est pas toujours conscient, mais qui peut expliquer bien des irritants dans une relation
 

DOSSIERS SPÉCIAUX