×
  • Bruncher en famille

( Etude)Le « binge-watching » : le visionnement de séries télé en rafale vous rend dépressif

  • ( Etude)Le « binge-watching » : le visionnement de séries télé en rafale vous rend dépressif

Le « binge- watching », c’est-à-dire le visionnement de séries télé en rafale, pendant de longues heures, cause la dépression des téléspectateurs, selon une récente étude universitaire.
Cette étude de l’Université de Toledo affirme que les téléspectateurs qui s’abreuvent de séries télé, diffusées sur les plateformes de « streaming » ou de vidéo sur demande comme Netflix ou Toutv, pendant deux à cinq heures de façon continue, risquent d’être plus « déprimés, anxieux et stressés » comparativement à des téléspectateurs traditionnels qui regarde le petit écran occasionnellement.
D’autres études effectuées ultérieurement, portant sur l’impact de ce nouveau phénomène de téléphage, notamment sur l’état psychologique et le comportement social des téléspectateurs, abondent dans le même sens que ces récentes conclusions. Le « binge-watching » par ces longues heures d’isolation, est considéré comme un comportement antisocial qui conduirait à des sentiments de tristesse, de mélancolie et de dépression.
D’autres études marketing ont montré que ce visionnement intensif est généralement une pratique solitaire et non de groupe.
Les scripteurs des séries TV diffusées en streaming s’appliquent à rendre les téléspectateurs addictifs en y distillant une trame narrative accrocheuse, judicieusement découpée sur plusieurs épisodes, des intrigues et des rebondissements surprenants ( comme dans Breaking Bad ) et des personnages attachants ou détestables ( comme Kevin Space dans son rôle de Frank Underwood dans House of Cards).
Les diffuseurs du streaming incitent également les téléspectateurs à avoir ce comportement compulsif en rendant disponible, au moment du lancement, tous les épisodes d’une série télé et en créant chez eux, via des campagnes publicitaires, un sentiment d’urgence de les visionner immédiatement.
Signe des temps, à l’instar des traditionnels « guides télé », des   guides du  bing-waching pullulent sur le Web.
Toutefois, selon des analystes médias, le ton alarmiste des chercheurs, qui se sont penchés sur le « binge-watching », est disproportionné. Le visionnement intensif n’est pas une « menace contre la cohésion sociale, ni associé à des problèmes de santé comme l’obésité et les maladies cardiovasculaires » comme le laissent entendre ces chercheurs.

DOSSIERS SPÉCIAUX