×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Une ministre du bonheur aux Emirats, et une ministre du septième-ciel en Tunisie ça vous dit ?

  • Une ministre du bonheur aux Emirats, et une ministre du septième-ciel en Tunisie ça vous dit ?

Loin de moi l’idée de causer un incident diplomatique avec les Emirats arabes unis, je ne peux traiter ce sujet qu’avec humour, comment faire autrement ?
Les Emirats arabes unis nomment une femme « ministre du bonheur », ce ministère devra s’assurer du bien-être social et la satisfaction des individus, bon dieu !!!
Après avoir appris la nouvelle, trois questions n’ont pas arrêté de me tourmenter :
1- Quelle traduction adopter pour la fonction de « Wazirat Essaada » ?
2- Quelle est sa fonction exacte, entre théorie et pratique, comment saura-t-elle répondre au désir de tout un peuple d’être heureux ?
3- Nous faut-il copier ce modèle et demander un remaniement ministériel nous permettant d’avoir une ministre du bonheur en Tunisie ?
1-Quand on sait que la traduction du mot arabe « Essaada » en français peut être autre que bonheur et qu’au même moment ses synonymes en français sont nombreux : Nirvana, extase, délice, enchantement, joie, plaisir, satisfaction, ravissement, septième-ciel…On peut dès lors dire : la ministre du plaisir, la ministre de l’extase et j’en passe, mais gardons quand-même l’appellation la plus commune pour ne pas déroger à la règle.
2-Entre théorie et pratique, comment cette ministre va-t-elle arriver à faire que les habitants des Emirats Unis soient heureux ? Va-t-elle aller de maison en maison pour consoler la peine des uns et raconter des blagues à d’autres ?
Quand on pense au nombre de choses nécessaires à faire le bonheur d’une personne et aux nombre de détails essentiels à l’équilibre psychologique et physique d’un être humain pour accéder au bonheur, je n’ose même pas imaginer les trucs qu’elle aura à faire… Sinon, comment va-t-elle procéder et qu’aura-t-elle à faire pour rendre le peuple heureux ?
3-Difficile de répondre à la dernière question sans évoquer l’humour légendaire du peuple tunisien. Imaginez si on avait une ministre du bonheur et que bien sûr pour nous rendre heureux elle devait répondre à toutes les exigences qui nous permettent d’atteindre le bonheur ?!
Vu l’imagination fertile de ce grand peuple, je vois déjà les grèves s’organiser pour exiger une ministre du septième-ciel.
Par Sayari Jihène

DOSSIERS SPÉCIAUX