×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

JTC 2015 : une ouverture riche en émotions

  • JTC 2015 : une ouverture riche en émotions
  • IMG_3901
  • IMG_3907
  • IMG_3915
  • IMG_3918
  • IMG_3925
  • IMG_3929
  • IMG_3932
  • IMG_3935
  • IMG_3941
  • IMG_3949
  • IMG_3953
  • IMG_3956
  • IMG_3963
  • IMG_3964

 
Tapis rouge déroulé devant le théâtre municipal de Tunis, femmes et hommes en tenues chics et habillées, des barrages de part et d’autre des escaliers, tout cela est synonyme du coup d’envoi de la 17ème session des Journées Théâtrales de Carthage qui a eu lieu vendredi 16 Octobre à 16h30. Depuis 13 heures de l’après midi, sous la vigilance massive des unités sécuritaires, l’avenue Habib Bourguiba a vécu au rythme d’un marathon artistique non-stop. Des tableaux vivants formant une véritable chorégraphie soutenue par les rythmes de la musique traditionnelle et folklorique locales et étrangères, n’ont fait qu’enchanter les passants, avertis, curieux et amateurs, pour célébrer en fanfare les 17èmes JTC. Le mot de bienvenue a été prononcé par le directeur des JTC, M. Lassaad Jemmoussi puis a été prononcé le discours officiel du ministre de la culture Mme Latifa Lakhdhar devant un public d’artistes, tunisiens et étrangers, d’hommes et de femmes de théâtre, de convives, de politiciens et du chef du gouvernement, M. Habib Essid.
La soirée inaugurale a été une soirée pleine d’émotions et de souvenirs car le comité directeur du festival a choisi de rendre hommage au défunt du théâtre tunisien, Ezzeddine Gannoun, le grand homme de théâtre qui nous a brusquement quittés, un certain 29 Mars 2015. M. Jemmoussi a souligné le fait que le vrai spectacle d’inauguration des JTC 2015 a été censé être fait par Ezzeddine Gannoun et qu’il l’a même accompagné dans les premières touches de mise en scène de la pièce mais malheureusement, la mort a été plus rapide que toutes les circonstances. Pour cela, la première pièce qui a été jouée pendant le festival a été « Monstranum’s / غـيــلان », le dernier chef d’œuvre de Gannoun avant son décès. Les mots et les tableaux rappelant les défunts du théâtre tunisien ont été fort applaudis signifiant qu’ils ont quitté la terre certes mais qu’ils sont encore et toujours dans les cœurs des tunisiens.
Par Nawel Bizid 

DOSSIERS SPÉCIAUX