×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

L’Etat Islamique et la propagande : Ce Daech de la haine, ce Daech de la passion

  • L’Etat Islamique et la propagande : Ce Daech de la haine, ce Daech de la passion
Par Ghalia Ben Brahim

L’Etat Islamique en Iraq et en Syrie, sinistrement sous le nom de Daech, continue à se manifester par ses atrocités avec des têtes décapitées en poussant le cynisme jusqu’à brûler vifs des corps. Cet ‘Etat’ que l’on a vu naître petit à petit de sous les décombres du chaos de l’Iraq et de la Syrie semble aujourd’hui mener le monde par le bout du nez.
La Libye a été la troisième destination de Daech. Une Libye postrévolutionnaire sombrant dans un chaos total. Les djihadistes en ont profité et y ont élargi leur empire. Un organisme qui se structure de plus en plus chaque jour. Des petites milices sanguinaires qui ont fini par faire régner leurs lois… Les articles, les documentaires, les plateaux télévisés et radiophoniques ne parlent plus que de cela dans le monde entier. La terreur est désormais bien répandue.
Cette couverture médiatique semble faire l’affaire de Daech dont les chefs ont décidé d’y mettre plus d’efforts et de moyens : en quelques mois, cet organisme terroriste a commencé à filmer et à diffuser les exécutions de ses otages. De petites vidéos – allant de cinq à trente minutes – disposant de grands moyens techniques en termes de qualité d’image, de montage, de son ou encore d’effets spéciaux envahissent nos écrans. Cela ne fait qu’augmenter l’angoisse générale qui est en train de virer vers une obsession collective.
Il vous suffit de vous connecter sur un espace de réseau social ou de suivre un flash info pour vous en rendre compte : Daech est chez nous. Oui mais comment ?
Personne ne peut oublier l’horrible exécution de Maaz al-Kassasbeh, le pilote jordanien, brûlé vif, enfermé dans une cage de fer, par les terroristes. Comme à leur habitude, les chefs de Daech ont posté la vidéo de l’exécution sur internet, annonçant ainsi à la famille du défunt et à son Etat son décès. Quelques minutes après sa mise en ligne, la vidéo a enflammé les réseaux sociaux ; plus d’un million de personnes l’ont regardée et, pire, partagée. Quel est donc ce besoin de regarder des atrocités pareilles et d’en faire la propagande ? Certains répondront que c’est pour dénoncer la barbarie de cet organisme, d’autres diront que c’est pour que l’on cesse de les sous-estimer et de dévoiler au grand jour les moyens, techniques et autres, dont ils disposent. Oui, et notre humanité dans tout cela ? Grâce aux campagnes de propagande et de communication que nous offrons gratuitement à ce Daech de la haine, nous sommes devenus des robots immobiles face au sang et aux têtes découpées. La vue de sang, coulant doucement dans les eaux de la méditerranée (comme dans la vidéo de l’exécution des 21 coptes égyptiens), n’est plus aussi dérangeante que cela. Ont-ils réussi à banaliser les plus horribles des crimes ? Si c’est le cas, ils auront donc réussi à accomplir leur mission… Arrêtons donc de leur faire de la propagande !
L’un des rares documentaires intéressants à ce sujet est celui où le réalisateur a fait la comparaison entre les vidéos de propagandes tournées par les hommes de Daech et les vidéos de la réalité sanglante tournées clandestinement par deux journalistes syriens. Sur les premières, on voit des hommes souriant en train de jouer avec des enfants, aidant des femmes âgées et menant des campagnes de propreté (ils vont même jusqu’à montrer des villas avec des piscines où sont garées des voitures de luxe). Sur les deuxièmes, on voit la réalité déballée dans son état brute : des criminels armés faisant régner la terreur là où ils passent.
La barbarie de Daech fait l’unanimité dans le monde entier, quand finirait-on donc par stopper leur propagande ?

DOSSIERS SPÉCIAUX