×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Comment formater une société

  • Comment formater une société

Comment formater une société

Par Hajer Zarrouk
Dans cette atmosphère insoutenable dans laquelle règnent l’insécurité et le risque terroriste, les ministères régaliens sont en passe de devenir le cadeau empoisonné du futur gouvernement élu. Et pour cause, une fois au pouvoir, quel parti politique voudrait des ministères de l’économie, de l’intérieur ou de la défense ? Quel parti majoritaire se risquerait à gouverner l’ingouvernable et à vouloir contrôler des institutions politiques qui n’arrivent plus à mener efficacement leurs propres missions?
La situation économique et sécuritaire de la Tunisie est préoccupante.
Ce constat pousse les partis politiques, présentés comme favoris des élections, à vouloir mettre la main sur des ministères qui n’ont pas beaucoup de valeur aux yeux de l’opinion publique comme l’éducation, l’enseignement supérieur et les affaires sociales. Pourtant, l’opinion publique a tort. En effet, après les élections, c’est à travers ces trois ministères clés que pourraient s’opérer les changements sociaux les plus importants et les plus radicaux : le contrôle des programmes scolaires, de l’Université, du domaine de la recherche et des institutions qui régissent la société tunisienne offriraient à certains partis politiques l’occasion d’infiltrer le cœur de l’Etat tunisien, de formater les générations futures et de métamorphoser en conséquence la société entière en quelques décennies.
Aussi, c’est aux médias, à la société civile et à l’espace publique de rester vigilants quant à un quelconque dépassement et aux volontés révolutionnaires tacites et pragmatiques. Les réformes dans les secteurs de l’éducation et de l’enseignement supérieur sont certes nécessaires et urgentes, mais que cet argument ne soit pas avancé par les partis politiques qui veulent créer un homme « nouveau » et une société « nouvelle », à la manière de leurs pères spirituels fascistes et nazis.

DOSSIERS SPÉCIAUX