×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Afflux massif de réfugiés libyens : une charge supplémentaire pour la Tunisie

  • Afflux massif de réfugiés libyens : une charge supplémentaire pour la Tunisie

Afflux massif de réfugiés libyens : une charge supplémentaire pour la Tunisie

Le poste frontalier de Ras Jedir a connu, ces derniers jours, un afflux massif de réfugiés libyens, et d’autres nationalités fuyant la situation désordonnée en Libye. Cette dégradation, qui se coïncide avec une guerre, contre le terrorisme, menée par le gouvernement tunisien, a poussé les autorités à décréter des mesures d’urgence pour éviter l’infiltration d’armes ou de personnes qui pourraient menacer la sécurité de la Tunisie. Dans ce sens, une cellule de crise a réuni des ministres de l’Intérieur, de la Défense nationale et des Affaires étrangères, ainsi que du ministre chargé de la sureté a été présidée par le chef du gouvernement Mehdi Jomâa.

A l’issue de l’examen des derniers développements en Libye et sur la frontière avec la Tunisie, le chef du gouvernement a recommandé : – Le renforcement de l’activité diplomatique avec les pays voisins, en particulier l’Algérie, concernant les affaires sécuritaires. – Continuer l’évacuation immédiate des ressortissants tunisiens en Libye et la sécurisation de leur passage en collaboration avec les États et les ONG impliqués. – Faciliter le rapatriement des réfugiés aux frontières vers leurs pays d’origine.

À cause de sa situation délicate, la Tunisie devra-être un pays de passage et non de résidence pour ces réfugiés. – La réorganisation des procédures de passage aux frontières tuniso-libyennes avec la collaboration des États concernés. La mise en œuvre d’une stratégie visant à protéger les frontières qui pourra déboucher sur la fermeture en cas de menace envers la sécurité nationale.

Le renforcement des dispositifs sécuritaire et militaire aux frontières tout en élevant le niveau d’alerte des forces armées au maximum. Une charge supplémentaire qui a exigé des renforts sécuritaires pour faire face à cette détérioration.

Selon des sources médiatiques un pistolet, cinq fusils de calibre 12 (MEGA) et un Kalachnikov ont été confisqués chez un Libyen outre l’arrestation de plusieurs personnes recherchées. Ainsi, des mesures de sécurité strictes ont été adoptées, telle des fouilles minutieuses, l’évacuation de la zone d’action du point de passage sauf pour les sécuritaires, afin d’assurer le bon déroulement des opérations d’inspection et de contrôle et assurer les différents autres services frontaliers. Plusieurs réfugiés égyptiens, coincés du côté libyen ont tenté, jeudi, de forcer le passage à travers le poste frontalier de Ras Jedir ce qui a poussé les forces de l’ordre à ouvrir le feu sur les réfugiés ce qui a coûté la vie à deux d’entre eux.

A noter que les gardes frontaliers libyens ont d’abord tiré en l’air pour repousser le flux de réfugiés égyptiens qui tentaient de rejoindre leurs concitoyens du côté tunisien. Cette situation de «crise» rappelle celle vécue en 2011, suite au déclenchement de la révolution libyenne, néanmoins, «les forces de sécurité sont cette fois parfaitement préparées, contrairement à 2011, a souligné une source sécuritaire.

FM

 

DOSSIERS SPÉCIAUX