×

Destitution Historique du Président de la Chambre des Représentants aux États-Unis.

  • Destitution Historique du Président de la Chambre des Représentants aux États-Unis.

 

Aux États-Unis, le président de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a connu une destitution historique. Cette expulsion inédite a été provoquée par des conflits internes au sein de son propre parti, les républicains, et s’est concrétisée par une motion de censure le mardi 3 octobre. Pour la première fois dans l’histoire américaine, un « speaker » a été évincé de sa fonction. Le vote serré de 216 voix en faveur de sa destitution, dont huit émanant de républicains, contre 210 voix opposées, a ouvert une période tumultueuse à la Chambre des représentants, où un remplaçant doit être désigné la semaine prochaine.

 

Kevin McCarthy a déclaré qu’il ne se représenterait pas, malgré la possibilité offerte par les règles parlementaires. Lors d’une conférence de presse, il a exprimé son amour pour sa fonction passée en tant que 55e président de la Chambre, restant « optimiste » malgré cet échec. Il avait déjà été élu dans des circonstances tendues en janvier, avec le soutien d’une faible majorité républicaine, en faisant des concessions significatives aux partisans de Trump.

 

La motion de destitution a été initiée par Matt Gaetz, un élu républicain de Floride, qui reproche principalement à McCarthy d’avoir négocié un budget provisoire avec les démocrates pour financer le gouvernement fédéral, ce qui était en désaccord avec de nombreux conservateurs. De plus, il l’accuse d’avoir conclu un « accord secret » avec le président Joe Biden concernant une éventuelle aide à l’Ukraine, une mesure à laquelle l’aile droite du Parti républicain s’oppose vigoureusement.

 

Le vote de destitution a mis en lumière les divisions profondes au sein du Parti républicain, avec des élus se prononçant pour et contre McCarthy. Donald Trump a également réagi en critiquant ces querelles internes, affirmant que les républicains devraient se concentrer sur la lutte contre les démocrates plutôt que de s’affronter entre eux.

 

Cette destitution, la première en plus d’un siècle aux États-Unis, nécessite la nomination rapide d’un nouveau président de la Chambre, selon le président Joe Biden, en raison des « défis urgents » auxquels le pays est confronté. Cependant, les républicains auront du mal à s’entendre sur un nouveau candidat lors de leur réunion prévue dans une semaine, suivi d’un vote le lendemain.

DOSSIERS SPÉCIAUX