×

Et si ne rien faire vous faisait du bien ?

  • Et si ne rien faire vous faisait du bien ?

Regarder les gens passer, lever la tête vers le ciel ou encore observer les animaux… Des petits gestes qui ont, selon l’art de vivre du Niksen, de nombreux bienfaits sur notre santé mentale. Le concept de cet art de vivre débarqué tout droit des Pays-Bas est on peut plus simple : ne rien faire… est la seule chose à faire.
Le « niksen » est un concept néerlandais qui prône l’oisiveté, pour compenser le stress de nos sociétés ultra-connectées. Mais ne rien faire est plus facile à dire qu’à faire.

Le Niksen se pratique seulement 10 à 15 minutes par jour. Pendant ce laps de temps, il est primordial de faire le vide absolu dans sa tête mais surtout, d’être assidu si vous voulez en constater les effets.
Votre cerveau peut alors prendre du repos loin des problèmes, du stress du quotidien, avant de reprendre ses activités de plus belle. Le Niksen ne laisse pas de place à la culpabilité. Se laisser aller quelques minutes par jour ne perturbe en rien votre quotidien, qui peut être chargé, au contraire. Ce laps de temps va vous permettre de recharger vos batteries pour continuer votre journée dans une meilleure forme qu’hier. Ce nouveau concept aiderait même à booster votre créativité et à être sur le long terme, plus productif.

LE NIKSEN, MODE D’EMPLOI
Alors, pour adopter le « niksen » au quotidien, voici quelques règles d’or à suivre :

Règle n°1 : aucun but tu n’auras.
Vous voulez lire un livre ? Ne choisissez surtout pas cet essai philosophique que vous essayez de terminer depuis des mois. Vous voulez écouter de la musique ? N’écoutez pas cet album, dont vos amis vous ont parlé pour pouvoir leur dire que vous l’avez fait.

Le principe même du « niksen » repose sur la non-productivité. Ne faites rien « d’utile », oubliez vos objectifs.

Règle n°2 : tes pensées tu laisseras aller.
Le « niksen » est un temps où l’on se permet de divaguer. Il ne s’agit pas de méditer ou de se forcer à réfléchir au sens de la vie, mais plutôt de laisser libre cours à ses pensées. Cela peut se faire en étant assis à regarder par la fenêtre, ou en pratiquant une activité semi-automatique, comme le tricot ou le coloriage.

Un exercice qui se révèle excellent pour la créativité, et qui permet parfois de trouver la solution à un problème, sans même l’avoir cherchée.

Règle n°3 : détendu tu seras.
Cette réunion importante jeudi matin ? On oublie. La facture d’électricité à régler ? On oublie aussi. Pendant les moments de « niksen », adieu stress et tracas du quotidien.

On profite de ces instants de pure détente que l’on s’octroie. Un peu comme lorsque l’on procrastine, mais sans se sentir coupable cette fois.

Une chercheuse de l’university de Berkeley qui travaille sur le stress, affirme que les pauses détente réduisent l’anxiété, ralentissent le processus de vieillissement et rendent même le corps plus résistant aux microbes.

DOSSIERS SPÉCIAUX