×

#CORONAVIRUS : LES FEMMES DIRIGEANTES S’EN SORTENT MIEUX QUE LES HOMMES

  • #CORONAVIRUS : LES FEMMES DIRIGEANTES S’EN SORTENT MIEUX QUE LES HOMMES

Les femmes dirigeantes se sont montrées efficaces face au Coronavirus. Bien sûr, le facteur « femme dirigeante » n’est pas le seul à expliquer la bonne gestion de la crise par les pays qui s’en sortent bien mais il joue indéniablement et il est plus culturel que biologique.
Qu’est-ce qui rend les femmes plus performantes dans cette crise ? Ce n’est certainement pas une affaire de biologie. Pour se faire une place dans des lieux de pouvoir traditionnellement réservés aux hommes, les femmes doivent être bien meilleures qu’eux, rien ne leur est pardonné. Pas étonnant donc qu’elles gèrent mieux cette crise.
Allemagne, Nouvelle-Zélande, Taiwan, San-Francisco… Pays et villes dirigés par des femmes sont plus efficaces face à la crise sanitaire. La biologie n’y est pour rien.

C’est ce qu’a constaté par exemple dans le magazine Forbes qui a scruté les Etats dirigés par des femmes : De l’Islande à Taïwan et de l’Allemagne à la Nouvelle-Zélande, les femmes se mobilisent et montrent au monde comment gérer cette crise :

– Angela Merkel, la chancelière d’Allemagne, s’est réveillée très tôt et a dit calmement à ses compatriotes qu’il s’agissait d’un virus grave qui infecterait jusqu’à 70% de la population. « C’est sérieux », a-t-elle dit, « prenez-le au sérieux » ».
Face à la gravité du message le pays a suivi. Les tests ont commencé dès le départ. Et les chiffres de personnes infectées et de morts sont bien inférieurs à ceux de ses voisins européens.

-La dirigeante de Taiwan, Tsai Ing-wen’s, impressionne beaucoup. La chaîne américaine CNN a même affirmé qu’elle avait donné «l’une des meilleures réponses au monde». Dès les premiers signes, elle a mis en place 124 mesures pour stopper la propagation, sans recourir au confinement de l’ensemble de la population.

-Jacinda Ardern, la Première ministre de Nouvelle-Zélande est aussi citée en exemple dans de nombreux médias. Cette travailliste féministe mène une politique du bien-être depuis qu’elle a pris ses fonctions. Elle a mis son pays en alerte maximum très tôt.

-En Islande, la Première ministre Katrín Jakobsdóttir, a décidé de diffuser des tests gratuits de coronavirus et de tester toute la population, pas seulement les personnes présentant des symptômes comme en Corée du Sud. Aujourd’hui, l’Islande a déjà dépisté, proportionnellement à sa population, cinq fois plus de personnes que la Corée du sud. Elle n’a pas eu à fermer les écoles.
-En Finlande, Sanna Marin la plus jeune cheffe de gouvernement du monde s’est appuyée sur les réseaux sociaux pour faire circuler les informations sur la prévention du Covid 19 et a ainsi pu mobiliser les plus jeunes. Le pays a aussi interdit les déplacements dans et vers les régions touchées par le virus.

-En Norvège, la Première ministre, Erna Solberg, a eu l’idée novatrice d’utiliser la télévision pour parler directement aux enfants de son pays. Elle leur a expliqué pourquoi il était acceptable d’avoir peur et a répondu directement à leurs questions.

*Au Danemark, son homologue Mette Frederiksen a fait la même chose.
Et ce n’est pas tout : aux Etats Unis, San-Fransisco est une des rares villes dirigées par une femme. C’est aussi, selon The Atlantic, une ville dans laquelle le nombre de cas est bien inférieur à celui d’autres métropoles américaines de même taille

Sur-performance

Depuis des années, des recherches suggèrent timidement que les styles de leadership des femmes pourraient être différents et bénéfiques. Au lieu de cela, trop d’organisations politiques et d’entreprises travaillent toujours pour que les femmes se comportent davantage comme des hommes si elles veulent diriger ou réussir. Pourtant, ces dirigeants nationaux sont des observations d’études de cas de traits de leadership que les hommes peuvent vouloir apprendre des femmes. Il est temps de le reconnaître.

DOSSIERS SPÉCIAUX