×

Chirurgie esthétique : Racontable ou pas ?

  • Chirurgie esthétique : Racontable ou pas ?

Même si on en parle de plus en plus, la chirurgie esthétique demeure un sujet tabou dans toutes les sociétés, orientales ou occidentales soient-elles. Il arrive que les personnes ayant passé à l’acte en parlent dans un cercle très privé mais jamais publiquement. Comme si recourir à la chirurgie esthétique était un péché.
Alors quelles sont les opérations « racontables » et celles à ne jamais dévoiler ?
Peu importe le statut de la personne, personnalité publique, actrice, artiste, star ou une femme lambda, en parler dépend de plusieurs facteurs : le type de la chirurgie et la classe sociale, le politiquement correct. Aussi saugrenue qu’il soit, cela dépend de la zone du corps opérée ou bien évidemment de l’âge de la personne.
Les interventions les plus racontables et faciles à en parler autour de soi sont surtout : le recollage des oreilles et la rhinoplastie. Mais rien n’est encore gagné. Les remarques déplacées et les rumeurs vont bon train.
Pour le nez, par exemple, plus la personne est jeune, plus les commérages sont absurdes. On la soupçonne d’être influencée par tous ces tutos sur le net. Pire encore, certains vont même à accuser la maman ! Et même quand la personne a dépassé la vingtaine, l’on se plaît de s’en moquer, en parlant de triche ! Pourtant, l’on a le droit de changer la couleur naturelle des cheveux, de porter de faux-cils ou de faux sourcils ! C’est dingue non !

Se raccommoder la poitrine
Même scénario que le nez, plus la personne est jeune, plus elle est taxée de complexée ou encore pire, c’est l’entourage qui est accusé de l’influencer.
Par contre, quand il s’agit d’une jeune maman, c’est beaucoup plus accepté. Qu’il s’agisse d’une augmentation ou d’une diminution mammaire, la société accepte beaucoup mieux et on parle de « réparation » que la maman mérite. Et donc, la pilule est passée.

La liposuccion : un péché !
Voici une intervention qui n’est pas très appréciée. Elle est même moquée. Aucune ou presque n’en parle. Les femmes l’ayant fait préfèrent de loin parler de petit régime ou de coaching sportif. Là, c’est beaucoup plus accepté par le société.

Le lifting
Le lifting est un acte chirurgical très sensible qui demande beaucoup de courage voire du cran pour passer au bistouri. Généralement, les femmes commencent à en faire à partir de 45 ans et plus. Mais dans une société aussi misogyne, on se moque de celles qui en font au lieu de leur montrer du respect. Celles qui osent en parler ou faire un petit aveu à leurs copines, elles préfèrent parler de « demi-lifting ». Comme quoi, « une faute » avouée, « faute » pardonnée !

M. L

DOSSIERS SPÉCIAUX