×

La Femme tunisienne fer de lance de la révolution

  • La Femme tunisienne fer de lance de la révolution

Par Naceur Ben Frija
La Révolution tunisienne du 14 janvier 2011 a déclenché un processus irréversible devant conduire la Tunisie future sur la voie de la dignité retrouvée, de la démocratie, des libertés fondamentales et de la justice sociale.
 
Cet avenir, qui s’annonce radieux, ne pourra être concrétisé sans l’apport de tous et en premier celui de la Femme tunisienne.
 
Son rôle dans ce processus est déterminant. Elle en est consciente. Et, c’est la raison pour laquelle on voit, aujourd’hui, la Femme tunisienne investir tous les nouveaux espaces de l’expression orale et écrite. Elle est, notamment, présente en force sur les réseaux sociaux.
 
Elle affiche une détermination à toute épreuve. Elle est en cela animée d’une volonté farouche d’affirmer sa place dans la société tunisienne et d’apporter sa pierre à l’édifice Tunisie. Elle le fait sans concession lorsqu’il s’agit, notamment, de préserver les acquis issus du Code du statut personnel et de son droit au travail ainsi qu’à un salaire équivalent à celui de son concitoyen masculin à qualification similaire.
 
Cet engagement on ne l’observe pas uniquement chez la Tunisienne intellectuelle et instruite, mais également dans les autres milieux. Qu’elle soit citadine ou rurale, jeune ou moins jeune, la Femme tunisienne s’est révélée au fait de la chose publique. Il n’y qu’à regarder son intervention devant les micros des médias ou dans la presse écrite pour mesurer l’étendue de sa culture politique et sociale. Elle est au fait de tous les aspects qui régissent notre société. Elle possède, en outre, une bonne lecture des événements.
 
Son engagement est d’autant plus remarquable q’elle le réalise avec discernement, pondération et surtout en recourant à sa raison plus qu’à son cœur. Ce n’est pas un hymne à la Femme tunisienne. Mais il faut lui reconnaître ces qualités qui font d’elle le fer de lance de la Tunisie future démocratique et toujours meilleure.
 
N’oublions pas que la Femme tunisienne a bâti Carthage, milité pour l’indépendance et combattu l’ignorance. Elle a aussi occupé une place incontestable dans le développement socio-économique du pays. Elle continue à militer avec conviction et ardeur pour la construction démocratique d’une Tunisie équitable. On lui reconnaît une spécificité et une identité particulière et exemplaire qui a toujours su rehausser avec fierté l’image d’une Tunisie plurielle, multiculturelle, à la fois moderne et traditionnelle, combative et tolérante.

DOSSIERS SPÉCIAUX