×
  • The Mirage Hammamet
  • Marriott Sousse
  • ATB
  • Banque de Tunisie et des Emirats

Assayida Neêma réapparaît sur nos petits écrans (Vidéo)

  • Assayida Neêma réapparaît sur nos petits écrans (Vidéo)
Par Nawel Bizid
Son vrai nom c’est Halima Bechikh. Assayida Neêma est une chanteuse tunisienne de la belle époque. Née en 1936, elle quitte son village natal d’Azmour à la quête de la gloire.
Au milieu des années 1950, Neêma a rejoint La Rachidia où Salah Al Mahdi, qui l’a prise sous sa coupe après avoir entendu l’une de ses prestations, lui donne son nom artistique sous lequel elle est connue depuis ; il lui a composée également une première chanson sur des paroles de Mohamed Jamoussi, Ellil ah ya lil jit nechkilek. Il l’a fait se produire lors des concerts de l’institution diffusés à laradio nationale. Le premier concert public que Naâma anime était organisé à Sfax. Et depuis, Neêma elle a incarné les aspirations d’une jeunesse en quête de nouvelles mélodies. Et contrairement à Oulaya, elle est restée fidèle à son public tunisien.
Le répertoire de Naâma comprend plus de 500 chansons dont plusieurs poèmes mis en musique.
Après une longue absence de la scène et des médias, la chanteuse a accordé ce dimanche 3 mai, une interview exclusive à l’émission 360° animée par Hedi Zaiem (Cliquez ici pour visualiser l’interview). Neêma apparaît assez âgée et fatiguée mais pas anéantie. La Diva garde toujours son bel esprit et ses jolis traits de belle femme. Durant l’entretien, elle déclare ne pas regretter sa carrière et sa passion pour l’art et pour la chanson tunisienne. Son parcourt a connu beaucoup de sacrifices et des obstacles mais sans la dissuader d’aller vers l’avant et continuer son chemin.
Assayida Neêma a, par ailleurs, exprimé sa grande admiration pour le combattant suprême Bourguiba qui accordait une énorme considération à l’art et à la valeur symbolique des artistes, notamment pour elle qui a été décorée par le président. D’autre part, elle déclare ne pas être affectée par sa nomination dans le livre noir publié par l’ancien président, Moncef Marzouki.
 

 

DOSSIERS SPÉCIAUX