×

L’interview de Simon Baker : De l’art de vivre en GENTLEMAN ?

  • L’interview de Simon Baker :  De l’art de vivre en GENTLEMAN ?

Voilà quatre saisons que Simon Baker porte haut et fort les couleurs de la

« gentleman attitude » pour Givenchy

De ses premiers rôles dans des séries australiennes aux superproductions hollywoodiennes, du succès du Mentalist à son premier film en tant que réalisateur,il a tracé sa carrière d’un pas sûr en conservant ce charme absolu tant envié par les hommes… et tant prisé par les femmes.

simon

Simon Baker incarne une nouvelle génération de gentlemen. Une génération d’hommes qui savent jouer avec les codes tout en s’affranchissant de certaines conventions. Il partage avec eux ce goût de l’élégance,cet art de renvoyer le meilleur de soi-même tout en allant chercher le meilleurde l’autre. Il nous livre aujourd’hui son regard sur la figure du gentlemandans sa version la plus absolue.

G – Simon Baker, vous incarnez à l’écrance que vous semblez être au quotidien : une sorte d’idéal masculin. Comment concevez-vous ce rôle ?

SB – Dans la « vraie vie » être un gentleman ce n’est pas jouer un rôle ! L’essentielest de rester naturel et de ne pas se prendre au sérieux. Je pense être une personne simple et respectueuse des autres. J’essaiede rester moi-même en toute circonstanceet de rester concentré sur l’essentiel.C’est cette approche que j’ai adoptée au quotidien et que je souhaite transmettre à mes enfants.

only

G – La « gentleman attitude » c’est donc un choixde vie ?

SB – Oui, je pense d’ailleurs que c’est un concept très moderne. Aujourd’hui, n’importe quel homme peut décider de devenir un gentleman et de se comporter comme tel. La notion même de gentleman – en particulier la courtoisie, l’élégance vis-à-vis des autres − est plus que jamais d’actualité.

G – Dans votre collaboration avec Givenchy, vous incarnez un gentleman sûr de lui mais avec une forme d’humour et de désinvolture. C’est ainsique vous l’imaginiez ?

SB – Oui, c’est ainsi que je conçois ma propre vie, avec toujours une touche d’humour et d’irrévérence. Et j’apprécie les personnes qui savent rester authentiques. Être un gentleman à mes yeux, c’est se montrer courtois et poli, tout en affirmant sa masculinité et son indépendance d’esprit. On peut être déterminé et sûr de ses convictions tout en ayant le sens de l’humour… à nouveau l’idée est de ne jamais se prendre au sérieux.

G – Certaines personnes ont une image plutôt guindée du gentleman. Celle d’un homme qui fait trop attention aux apparences et à son look. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

SB – Cultiver son style c’est importantmais pour moi il y a une règle à suivre : lorsque vous enfilez une veste, elle doitse faire à vous. Cela ne sert à rien de vouloir endosser le costume d’un autre, c’est le meilleur moyen de perdre sa personnalité.

G – Pensez-vous que la séduction soit inhérente à la figure du gentleman ?

SB – L’idée de séduction peut être interprétée de différentes manières et chaque homme a ses propres « armes » pour séduire. Je pense qu’un gentleman fera usage à la fois de romantisme, de charme et d’intelligence pour conquérir l’objet de son affection.

Montrer une force tranquille, tout en étant respectueux, est la meilleure manière de se comporter en gentleman.

G – Quelle serait votre définition du gentleman absolu ?

SB – Pour moi le gentleman absolu incarne différentes qualités : élégance, personnalité, générosité et goût des belles choses. C’estun homme passionné dont l’intelligenceet le sens de l’humour transparaissent toujours.

G – Une dernière question, quels sont vos projets maintenant que la série Mentalist est terminée ?

SB – J’ai vraiment apprécié de jouer le personnage de Patrick Jane pour le Mentalist pendant 7 ans, cette expérience m’a également permis de me lancer dans la production et la direction d’acteurs. Aujourd’hui, je veux explorer de nouveaux territoires et continuer à prendre des risques. Je viens de tourner mon premier film en tant que réalisateur, Breath, qui est adapté du roman de l’écrivain australien Tim Winton. C’est Mark Johnson, qui a produit les films Rain Man, N’oublie jamais et plus récemment la série Breaking Bad,qui m’a donné le livre. Nous avons développé le projet sur plusieurs annéeset venons de terminer le tournage en Australie occidentale.

Réaliser ce filma été une expérience incroyable,j’ai apprécié ce nouveau défi…

DOSSIERS SPÉCIAUX