×

Les effets choquants du porno sur votre santé !

  • Les effets choquants du porno sur votre santé !

 

Par Rana HAMROUNI                    Cabinet de Sexothérapie-

On savait déjà, via des études passées, que la pornographie pouvait provoquer une addiction. C’est maintenant des troubles physiques qui ont été prouvés par des études scientifiques. L’abus de la pornographie aurait un impact néfaste sur la santé sexuelle des hommes ; elle entraînerait une perte d’appétit pour les partenaires réels, des troubles de l’érection… Voici une compilation de toutes les dernières recherches scientifiques sur l’abus du porno.

Trop de porno nuit à l’érection :

Trop de porno tue le désir. Les médecins qui assistaient au 112e congrès annuel américain d’urologie sont rentrés chez eux avec une mauvaise nouvelle et, peut-être, la découverte d’un nouveau syndrome : les troubles de l’érection induits par l’excès de consommation de pornographie.

C’est en distribuant un questionnaire à plus de 300 femmes et hommes âgés de 20 à 40 ans consultant dans une clinique d’urologie, que les médecins américains se sont rendus compte de deux choses surprenantes :

  • D’abord, 1/4 de ces hommes ont dit préférer se masturber en regardant du porno plutôt que d’avoir un rapport sexuel avec une partenaire. Inquiétant, sachant qu’il s’agissait d’une population âgée de 20 à 40 ans, dont les trois quarts consomment du X au moins une fois par semaine (et au moins trois fois par semaine pour 40% d’entre eux).

 

  • Ensuite qu’un nombre non négligeable de ces consommateurs de X rencontrait des troubles de l’érection lorsqu’ils avaient un rapport avec quelqu’un. «Le taux de causes organiques (cause physique, NDLR) de dysfonction érectile est extrêmement faible à cet âge, souligne le Dr Mattew Christman, l’un des chercheurs qui a réalisé l’étude, il fallait donc chercher ce qui pouvait expliquer l’augmentation observée depuis quelques années dans ce groupe». Et d’ajouter : «Nous pensons que la pornographie peut être l’explication».

La pornographie serait néfaste pour le cerveau :

« Nous avons constaté un lien négatif significatif entre le fait de regarder de la pornographie pendant plusieurs heures et le volume de matière grise dans le lobe droit du cerveau », explique les chercheurs.

Des hommes qui passent beaucoup de temps à regarder de la pornographie sur internet paraissent avoir moins de matière grise dans certaines parties du cerveau et une activité cérébrale réduite, selon des travaux allemands publiés jeudi 29 mai aux Etats-Unis.

« Nous avons constaté un lien négatif significatif entre le fait de regarder de la pornographie pendant plusieurs heures par semaine et le volume de matière grise dans le lobe droit du cerveau », ainsi qu’avec l’activité du cortex préfrontal, écrivent les auteurs de cette recherche à l’Institut Max Plank for Human Development à Berlin.

Une réduction de l’activité du cerveau en réaction à une stimulation sexuelle :

« Ces effets pourraient indiquer des changements dans la plasticité neuronale résultant d’une intense stimulation du centre du plaisir », ajoutent-ils dans cette étude qui paraît en ligne dans le Journal of the American Medical Association of Psychiatry.

Et selon eux, ces travaux fournissent la première indication de l’existence d’un lien entre le fait de regarder de la pornographie et une réduction de la taille et de l’activité du cerveau en réaction à une stimulation sexuelle.

Pour cette étude, les chercheurs ont recruté des hommes en bonne santé âgés de 21 à 45 ans et leur ont demandé de répondre à un questionnaire sur le temps passé à regarder des vidéos pornographiques, qui était en moyenne de quatre heures par semaine. Ils ont également fait un scanner (IRM) de leur cerveau pour en mesurer le volume et voir comment il réagissait aux images pornographiques.

Ils ont constaté que plus les sujets regardaient de la pornographie, plus la taille du striatum, petite structure nerveuse juste sous le cortex cérébral, diminuait.

Les scientifiques ont aussi observé que plus la consommation d’images pornographiques était élevée, plus les connexions entre le striatum et le cortex préfrontal, la couche extérieure du cerveau liée au comportement et au processus décisionnel, se détérioraient.

« Des individus dont le volume du striatum est plus petit pourraient avoir besoin de plus de stimulations externes pour avoir du plaisir. Ils chercheraient ainsi dans la vue de films pornographiques davantage de plaisir, ce qui pourrait aussi conduire à en consommer de plus en plus », créant une sorte de dépendance, conclut l’étude.

Décalage entre fiction et réalité :

En s’éduquant sexuellement à travers la consommation de porno, cela a pour conséquence directe de créer une représentation biaisée de la sexualité et des rapports entre hommes et femmes. Les rapports entre hommes et femmes y sont faussés : les hommes sont des dominateurs toujours capables de donner du plaisir et les femmes des créatures toujours prêtes à dire oui !

De même, la plupart du temps, le porno met en scène des corps et des comportements qui n’existent pas dans la réalité. Culte du corps, taille du pénis, durée et pratiques extrêmes confèrent aux pratiques sexuelles une dimension « no limit » qui peut bouleverser la conception de la sexualité dans la vie des couples. Dès lors, la frontière entre fiction et réalité s’estompe au fur et à mesure que la consommation de porno augmente.

Résultat : les hommes sont de plus en plus nombreux à se tourner vers des consultations spécialisées pour addiction sexuelle.

Perte de libido :

Ce constat selon lequel la consommation excessive de vidéos pornographiques fausse la réalité a été étayé par le Dr Frédéric Saldmann, cardiologue et spécialiste des questions de santé. « Lorsque des hommes regardent trop de porno, ils idéalisent une sexualité qu’ils ne pourront jamais atteindre. Ils souffrent de la comparaison avec les acteurs. Ils rentrent ainsi dans un monde fictif et la réalité, à côté du film, est toujours médiocre.

Une consommation excessive de porno peut engendrer une dépendance accompagnée d’un effet de tolérance, lequel provoque une angoisse de performance fréquente chez les hommes face à l’enjeu de « tenir dans la durée.

L’incitation à la violence :

Certaines études montrent que la violence sexuelle vis-à-vis des femmes pourrait être due à l’usage de la pornographie. Le danger est aussi qu’on arrive à des pratiques extrêmes, en oubliant le respect de soi et de l’autre, voir aller même jusqu’à des situations de prise de risques ou d’abus sexuels.

Un cercle vicieux :

Comme cette situation (regarder trop de porno) se renouvelle très fréquemment pour les addicts, notre cerveau parvient de moins en moins à faire la distinction entre le virtuel et le réel. C’est un cercle vicieux.

A ce terme, ces études démontrent non seulement le risque d’une dépendance à la pornographie, avec des cas de surconsommation, mais aussi un désintérêt pour la sexualité réelle qui, du fait de pratiques plus « conventionnelles » de ce que peut montrer une vidéo X, ne procure pas une dose d’excitation suffisante pour être considérée comme satisfaisante. L’éjaculation tardive, les goûts sexuels transformés, une mémoire de travail médiocre, une anxiété sociale, une baisse de motivation et des troubles du sommeil sont d’autres effets importants de l’abus de pornographie

Le sevrage pour traiter l’overdose de porno :

Pour les troubles de l’érection induits par l’overdose de porno, d’autres mécanismes pourraient s’ajouter à celui-ci. Notamment l’impression que le sexe est toujours performant ce qui induit «une angoisse de performance» préjudiciable à l’érection voir au plaisir érotique. D’autant que les scripts sexuels sont souvent dénués d’érotisme, d’échange intime et de réalisme.

En définitive, le sevrage de porno, est souvent le premier pas à recommander aux hommes de moins de quarante ans qui se plaignent de troubles sexuels, érection ou libido.

 

Ces nouvelles études confirment un effet calamiteux sur la sexualité des hommes. Des constats qui appellent à la plus grande prudence quant à la consommation de porno et particulièrement pour les plus jeunes qui construisent leurs représentations de la sexualité à travers des images biaisées et irréalistes.

 

Par Rana HAMROUNICabinet de Sexothérapie-
Facebook : https://www.facebook.com/cabinetranahamrouni/

Instagram : https://www.instagram.com/ranahamrouni/

Site Web : https://ranahamrouni.wordpress.com/

 

DOSSIERS SPÉCIAUX

Böcek ilaçlama konusunda oldukça olumlu işlere imza atmış bir firmadan bahsedeceğim. böcek ilaçlama haşere ilaçlama fare ilaçlama karınca ilaçlama halı yıkama evden eve nakliyat bmw yedek parça mercedes yedek parça seo nedir seo analiz googlede üst sıraya çıkma gibi kesin sonuçlarla seo çalışmasında kaliteli hizmet veren hacklink adresi www.profseo.co dur. evden eve nakliyat böcek ilaçlama paykasa paykasa bozdurma aradığınız bütün kelimeler sadece burda. instagram takipçi hilesi bypass shell halı yıkama hacklink satış wso shell hacklink
instagram takipçi hilesi wordpress adult teması meme büyültme hacklink satış e sigara hacklink