×

L’alimentation macrobiotique, au-delà d’un régime alimentaire !

  • L’alimentation macrobiotique, au-delà d’un régime alimentaire !

 

L’alimentation macrobiotique est inspirée par la philosophie taoïste : il est question d’équilibrer les polarités féminines, ou yin, et masculines, ou yang, afin de rester en bonne santé qui sera traduite en une paix intérieure et extérieure. Ce régime fondé essentiellement sur les céréales complètes et privilégie l’harmonie du consommateur avec son environnement.

Les adeptes de ce régime alimentaire et de ce mode de vie ne sont pas aussi nombreux en Tunisie et pourtant ils existent. Ils ont leur propre resto spécialisé, situé dans la rue Hoockle Dolittle près de l’avenue de la liberté à Tunis. Selon eux, il n’est jamais de changer de mode de vie et de mode d’alimentation. Même à un âge avancé, bien que cela soit un peu difficile à commencer, on peut se convertir et ressentir l’impact de ce changement.

Les principes de la macrobiotique

Les principes de l’alimentation macrobiotique sont fondés sur la philosophie taoïste et les concepts de yin et de yang.

La philosophie taoïste

Inventé par le Japonais George Osawa à partir des travaux d’un médecin du XIXe siècle, Hijiduka Sagen, le macrobiotisme (du grec makros, « grand », et bios, « vie ») s’inspire de l’alimentation des moines bouddhistes. Ce régime est basé sur la philosophie taoïste, selon laquelle l’Univers se construit à partir de l’équilibre énergétique de ses constituants. Cette énergie s’organise autour de deux polarités, le yin (féminin) et le yang (masculin), forces antagonistes et complémentaires qui gouvernent la vie et doivent s’équilibrer. Selon la philosophie macrobiotique, l’équilibre entre le yin et le yang au sein de l’alimentation permettrait de rester en bonne santé. Toutes les maladies trouveraient leur origine dans un déséquilibre entre ces deux forces. Rétablir cet équilibre en mangeant un peu plus d’aliments yin ou un peu plus d’aliments yang permettrait de rétablir l’harmonie, et donc de guérir ces maladies.

Les deux groupes d’aliments macrobiotiques

Pour les adeptes du macrobiotisme, les aliments se partagent donc en deux grands groupes selon leur type d’énergie.

  • Les aliments yin

Ces aliments calmants sont entre autres les fruits, les graines et les fruits secs gras, les boissons, les légumes verts, les algues, les produits à base de soja et les aliments de texture grossière, de saveur sucrée, acide ou épicée.

  • Les aliments yang

Ces aliments fortifiants sont entre autres les viandes et les autres produits d’origine animale, les céréales complètes, les légumes secs et les légumes racines tels que carottes, radis ou navets.

Priorité aux céréales complètes

Les céréales complètes constituent la base du régime macrobiotique. En général, ce régime se compose de 50 à 60 % de céréales complètes, de 20 à 30 % de légumes, cuits le plus souvent, de 10 à 15 % de légumes secs et d’algues et de 5 % de soupe, une pâte fermentée de soja et d’orge.

Des aliments « vivants » et des produits locaux

Même si la viande et les produits d’origine animale sont yang, ils sont souvent écartés du régime macrobiotique. Cette philosophie considère que les aliments doivent être « vivants » au moment de la préparation, ce qui exclut la plupart des produits animaux. Le sucre et les produits sucrés sont considérés comme néfastes et donc proscrits. La consommation de fruits est rare et les fruits sont de préférence cuits; ils doivent obligatoirement provenir de la zone climatique où l’adepte vit. D’une manière générale, les produits locaux sont privilégiés et les produits exotiques écartés.

Par ailleurs, quelques légumes sont aussi à proscrire à cause de leur taux élevé en acides. Soit, les tomates.

Pas d’excitants pour les macrobiotes

Le thé, le café, le vin et toutes les boissons excitantes sont déconseillés, y compris la menthe; l’eau, les jus de pomme et de carotte ainsi que le thé sans caféine (« thé de trois ans ») sont privilégiés.

Préparation et cuisson des aliments macrobiotiques

Le choix des aliments dépend du consommateur et de son environnement. La préparation des aliments obéit à certains rituels, les cuissons courtes sont recommandées et les aliments doivent être longuement mastiqués. La cuisson longue ou intense (friture) permet de renforcer la nature yang de certains aliments yin.

DOSSIERS SPÉCIAUX