×

(Etude) L’image des femmes dans les fictions télévisuelles tunisiennes : analyse de cinq feuilletons tunisiens

  • (Etude) L’image des femmes dans les fictions télévisuelles tunisiennes : analyse de cinq feuilletons tunisiens

 

Le Conseil de l’Europe, la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) et le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique) ont organisé  un colloque international sur le thème « Place et image des femmes dans les médias audiovisuels », à Tunis.

Lors de ce colloque, la HAICA et le CSA ont présenté les résultats de deux études sur « La place et la représentation des femmes dans les fictions télévisuelles » dans chacun des deux pays, réalisées sur la base d’une méthodologie commune.

Le rapport réalisé par la HAICA comporte des données et un ensemble d’indicateurs qui retracent les contours de l’image des femmes dans les fictions télévisuelles tunisiennes, à travers l’analyse de cinq feuilletons tunisiens télévisés, diffusés au cours du mois de Ramadan 2015, par 4 chaînes de télévision tunisiennes.

Il s’agit d’une radioscopie de l’image et autres représentations des femmes dans les fictions tunisiennes, à travers l’analyse quantitative et qualitative d’un certain nombre de variables liées aux rôles assignés aux femmes dans la production dramatique. Cette approche ne constitue en rien un jugement moral et ne touche d’aucune manière à la liberté artistique ou à la créativité.
L’objectif du partenariat entre le CSA et la HAICA consiste à identifier des problématiques spécifiques mais aussi transversales relatives à la place et représentation des femmes dans les médias, en l’occurrence ici dans les fictions TV. Une fois que ces problématiques sont identifiées, il s’agit de réfléchir à des champs de développement possibles d’actions régulatoires adaptés à des contextes variables et destinés à améliorer cette place et cette représentation.

 

Les principaux constats de l’étude

L’analyse de plus de 69 heures de fictions télévisuelles tunisiennes permet de formuler les observations et déductions suivantes sur la place et la représentation des femmes dans ces fictions.

Prédominance masculine dans les métiers de haute technicité dans la création des œuvres artistiques (montage, ingénieur du son, production …) 

100% des hommes dans le métier des ingénieurs de son, 80% dans la production et le montage. –

Le métier de production et réservé essentiellement aux hommes 80% dans les fictions tunisienne en 2015 sont produites par des hommes. –

Les femmes actrices sont largement sous-représentées par rapport aux hommes : 63% d’hommes contre 37% de femmes.

La femme rurale est complètement absente des fictions tunisiennes : toutes les fictions ont occulté les problèmes des femmes rurales.

– Le facteur de l’âge est beaucoup plus déterminant dans la sélection des acteurs que pour les actrices. : 33,33% des personnages masculins sont perçus dans la tranche d’âge 50 – 64 ans contre 12% pour les femmes.

 

La diversité intergénérationnelle profite beaucoup plus aux hommes qu’aux femmes.

– Une surreprésentation des femmes dans la situation de veuve ou divorcée : 24% des personnages représentés dans ce statut sont des femmes contre 14% pour les hommes

. – Les femmes sont sous-représentées dans la catégorie socioprofessionnelle « dirigeant et cadre supérieur » : 16.67% pour les hommes et 8% pour les femmes.

– La problématique du chômage et la quête du travail est exclusivement masculine. Dans la catégorie chômeur, les femmes sont complétement absentes.

 

Les femmes sans activité sont perçues systématiquement comme femme au foyer.

– Une grande stéréotypisation du travail des femmes : dans 48,85% des séquences qui font apparaitre les personnages féminins sur le lieu de leur travail, les femmes s’occupent de leurs affaires personnelles et n’exercent pas des activités en relation avec leur poste.

– Dans le feuilleton «Awled Moufida», la valeur du travail n’a pas été mise en avant particulièrement pour les femmes.→ La présence des femmes dans l’espace professionnel est nulle.

– Le métier d’assistante et de secrétaire est exclusivement l’apanage des personnages féminins.

 

Dans 40% des fictions étudiées, les personnages féminins sont perçus comme auteurs d’actes répréhensibles, contre 13,16% pour les hommes.

– La perception des femmes comme valeur d’exemple est nettement inférieure aux hommes : 14,47% pour les hommes contre 9,41% pour les femmes.

– Le 1/3 des personnages féminins principaux est perçu comme infidèle

 

DOSSIERS SPÉCIAUX

instagram takipçi hilesi wordpress adult teması meme büyültme hacklink satış e sigara hacklink